A QUI S'ADRESSE LA FORMATION ?

 

 

A QUI S'ADRESSE LA FORMATION ?

 

 

Comme je l'ai déjà dit, entrer dans l'école pour ne faire que "s'acheter un diplôme" comme c'est devenu la mode à l'heure actuelle n'est pas l'approche adéquate dans le domaine d'une science ésotérique telle que l'astrologie.

 

La formation de l'école en plus de donner une formation technique concernant la pratique astrologique et la méthode de décodage du thème que j'ai mise au point, insiste sur la nécessaire évolution personnelle qui doit accompagner cette formation. Comme en psychanalyse, dans l'idéal, l'astrologue doit s'être "auto analysé" afin d'éviter les inévitables projections propres à toute relation humaine et plus particulièrement dans le métier du conseil astrologique.

 

Je suis en effet contactée par des organismes qui "vendent" de la formation sur internet au coût de 60 euros le module mais sans aucun suivi de l'élève et me proposent de commercialiser mes cours. Sans doute leur stratégie est elle rentable, mais je considère qu'elle n'a rien de déontologique. Je vois en effet une nouvelle mode venant des états unis où l'on vend des wok ou quelque chose du genre : c'est à dire des modules, et cela : au plus grand nombre. 

 

On fait donc à présent commerce de la connaissance mais sans aucun suivi de ceux qui la reçoivent et peuvent par conséquent ou la déformer ou mal l'interpréter. A ce prix là d'ailleurs, autant s'acheter de bons livres. Ca revient moins cher.

 

Dans le domaine de la relation humaine et du conseil ce mercantilisme est à mon sens inadmissible. C'est malheureusement pratique courante dans le domaine astrologique mais cela : chez les charlatans n'ayant reçu aucune formation correcte et abusant de l'ignorance des autres.

 

Je rappelle que si mon école est dite "jungienne" c'est qu'elle s'inscrit dans les pas de C.G. Jung qui avait lui-même 30 ans de pratique astrologique et s'est inspiré de la connaissance ésotérique pour élaborer sa psychologie. On trouve donc davantage de vrais psychologues dans l'astrologie qu'à l'université où l'on méprise toute dimension spirituelle et où à ce titre l'enseignement de C.G. Jung n'est pas considéré, voire méprisé, au profit des thèses freudiennes.

 

Psyché d'où vient la racine de psychologue veut dire "âme" et il n'y a guère que Jung pour en parler correctement et le relier à la spiritualité. C'est en effet un non sens de pratiquer de la psychologie aucune spiritualité comme prétendait le faire Freud ! Puisque nous parlons d'âme...

 

L'école s'adresse donc à des individus présentant une certaine "maturité" spirituelle. Dans l'idéal en effet, il faut être une vieille âme, riche en expérience humaine de vie pour faire un bon guide, conseiller ou thérapeute. L'inexpérience ne peut enseigner que son inexpérience.

 

On voit à présent sur le web des jeunes filles s'improvisant "guide spirituel" sur youtube mais reprenant toutes les fausses théories qu'elles gobent sans esprit critique ni même suffisamment de culture et d'expérience pour discerner ce qui est vrai de ce qui est faux.

 

On rappellera donc que ce n'est pas parce qu'une chose est écrite qu'elle est vraie ! Surtout à l'heure actuelle où tout le monde peut écrire n'importe quoi, ce qui n'était pas le cas par le passé.

 

La relation des individus aux livres est d'ailleurs du point de vue de l'auteur que je suis intéressante en soi. Il m'est arrivé en effet d'être à côté d'une personne lisant mes livres et les entendre me dire "ils disent". Alors que l'auteur est à côté d'elle et que j'ai donc écrit le livre ! Je ne développerai pas sur le sujet de "l'inspiration" mais je rappelle que je ne me dis ni "canal", ni "channel" préférant la traditionnelle "inspiration". En effet : le "savoir intuitif" du "mental intuitif" est une faculté qui se développe avec notre développement humain. Inutile d'en appeler à de quelconques entités qui, lorsqu'on connait l'astral, ne sont en général que des mauvais esprits jouant avec nous et notre ignorance !

 

Or, précisément, suivre "une tradition" comme peut l'être l'astrologie et développer ses connaissances en ce domaine est la garantie de ne pas dire n'importe quoi. Comme on dit suivre la lignée de maîtres. Et il y en a eu dans le domaine astrologique qui traditionnellement est réservée à ceux qui ont une vocation à aider leur prochain. On a cette vocation lorsqu'on s'est démontré à soi-même que l'on sait très bien s'aider. Alors on peut commencer à aider les autres.

 

Parmi d'autres arguments stupides et nouvelles modes j'entends dire : il n'y a pas de vérité, chacun à sa vérité.

 

Tout d'abord ce n'est pas à l'auteur ayant écrit "les 144 Voies des Noeuds Lunaires Révélées par la Carte Astrale" qu'il faut rappeler cela ! Evoquer cela, c'est précisément parler de la pluralité des voies propre au chemin de chacun. Et ce n'est pas non plus les réduire à 144 voies car ces dernières seront encore nuancées et précisées par l'approfondissement de l'étude du thème astral. Ce qui fait varier encore ce nombre fondé simplement sur 12 fois 12 maisons et signes.

 

Voilà pourquoi je parle de "votre bible personnelle" car les mots d'ordre de l'un ne valent pas forcément pour l'autre qui doit placer son effort évolutif ailleurs. On est donc loin de tout dogme applicable sur tous comme si tous étaient les mêmes et avaient le même niveau de conscience ! C'est donc une "spiritualité affranchie" qui se distingue des grandes religions pour personnaliser davantage le concept d'évolution personnelle.

 

Mais où mènent ces voies ? En voilà une question intéressante à se poser ! Bien sûr : à l'intérieur d'une incarnation, la connaître c'est accélérer notre processus évolutif en nous mettant directement sur "nos" rails afin de nous accomplir. Au lieu de tâtonner à "se" chercher comme doivent le faire beaucoup. Ou encore : suivre des modes qui nous éloignent de nous-mêmes et de notre véritable objectif de vie. Ce n'est donc pas rien d'avoir cette information ! Elle est même de première grandeur. Et ceux qui ont un certains âge et ont avancé dans la vie peuvent constater par eux même la justesse de ce parcours qui est décrit dans cet ouvrage.

 

Donc si ces voies dans une incarnation donnée permettent d'évoluer plus rapidement, on gagne du temps dans la connaissance de soi. Mais à terme, je ne peux pas ne pas rappeler qu'enseigner le karma, c'est surtout aux fins de s'en libérer.

 

Car si : il existe une vérité. Mais celle-ci est occultée à l'homme moyen et encore plus à l'heure actuelle où l'on entend dire des mensonges, des confusions, etc.

 

Ce n'est pas la vérité qui est multiple, mais l'infini variété des erreurs et illusions que peut avoir l'homme non encore réalisé ! Certaines illusions sont utiles à son avancement, mais à terme : elles doivent disparaitre pour laisser place à la lumière de la vérité ! Et quelle est la vérité ? Son authentique nature, sa part divine.

 

Mon enseignement comme rappelé dans mon ouvrage sur les noeuds lunaires paru pour la première fois en 1990, est fondé sur Denys L'Aéropagyte et consiste à dire qu'en chaque homme existe une part divine et une part démoniaque. C'est la part démoniaque de l'homme qui est génératrice du karma qui l'enlise sur ce plan matériel. Donc si l'on prend ses démons pour dieu en s'autoproclamant divin sans avoir fait le chemin de la transformation : on voit à quoi cela peut mener !

 

Tout le but de l'évolution consiste donc à combattre cette part démoniaque pour faire croître en soi la part lumineuse éloignant "les ténèbres de l'inaccompli". Lorsqu'on entre donc dans une école d'astrologie karmique telle que la mienne : on doit être prêt à accepter qu'il existe en nous une part obscure qui joue contre nous et nous incite à l'erreur. Plus on accepte ceci, plus on chemine vers la lumière. Cela exige donc : de l'humilité.

 

Comme disait Jung : "ce n'est pas en observant la lumière que l'on devient lumineux mais en observant son ombre." Et c'est tout le principe de l'astrologie karmique.

 

Ce qui est dit ici rejoint aussi les propos d'Alice Bailey lorsqu'elle dit qu'il faut faire "triompher l'ange". Car combien sont ils qui font l'ange sans savoir qu'ils font aussi la bête pour paraphraser Pascal ? Trop nombreux à notre avis.

 

Par ailleurs, contrairement à ce que nous a inculqué l'église catholique, il faut se rappeler que viser "la perfection" comme ultime développement est un leurre. D'abord parce que vous ne serez jamais "parfait" pour tout le monde puisqu'en raison des projections : les autres verront en vous leur propre imperfection même si vous faites tous les efforts du monde pour leur sembler parfait et leur faire plaisir !

 

Viser la "perfection" ne répond donc qu'à la persona sociale qui veut se faire bien voir.

 

Non, la finalité de l'évolution, comme doivent le savoir ceux qui ont lu Alice Bailey qui le rappelle assez souvent est de devenir "juste". Et aussi, de viser "l'inocuité" c'est à dire : de faire le moins de mal possible. Ce dont doit être conscient tout praticien astrologue en mesurant la responsabilité qu'il peut prendre en intervenant dans la vie d'autrui pour le guider. En court de formation, on vous rappelle donc ce qu'il faut à tout prix éviter mais qui est tentant pour celui qui est "dans le pouvoir" que confère la connaissance astrologique. Ce sont donc des pièges à éviter pour "être juste" et surtout : éviter de surcharger notre karma personnel.

 

La psychanalyse parle à juste titre de "neutralité bienveillante" car si l'on conseille, on a toutefois pas à s'investir dans les problèmes d'autrui. Lui exposer ses potentialités (défauts et qualités), mettre à jour les enjeux à court terme visibles par les transits : voilà ce qu'est la tâche d'un astrologue. Il n'est qu'une "aide à la décision" pour une personne traversant une crise et ayant besoin de se recentrer et voir clair. Il ne doit pas prétendre mener la vie du consultant à sa place ni se substituer à ce dernier en imposant ses vues. 

 

La conscience du karma rappelle que : chacun doit prendre ses responsabilités et porter sa croix.

 

Tout être évolué doit savoir en effet l'importance du respect du libre arbitre de chacun. Un être a droit à l'erreur car parfois c'est par l'erreur qu'il apprendra mieux que par un bon conseil car cette erreur sera inscrite dans son expérience et l'enrichira. Bien sûr, s'il vient prendre le conseil d'un astrologue, c'est en général qu'il s'est aperçu qu'il était capable d'erreur et a donc relativisé l'exercice de son libre arbitre. Tant que l'on a pas fait les frais de ses vues erronées : on croit n'avoir pas besoin de conseil. Idem : tant que l'on a pas mesuré son ignorance, on croit n'avoir rien à apprendre.

 

En réalité, à un haut niveau, on sait que la liberté n'existe pas car on a pas d'autre choix que d'être soi même. La première des prisons : c'est nous même ! Mais on peut tout au moins se libérer de nos diables et démons pour découvrir au moins ce qu'est le véritable exercice du libre arbitre qui veut dire : sagesse.

 

Par ailleurs, une chose reste difficile à juger sur la seule étude d'une carte astrale : le niveau de conscience de l'individu. Dans toute consultation, il est donc nécessaire de revenir sur le passé pour voir comment a été vécu tel ou tel transit afin de mieux en juger. Et alors élaborer son conseil en fonction de ce niveau de conscience.

 

Lorsqu'on évoque la notion de "niveau de conscience" c'est comme évoquer "les 7 voiles" qui masquent la vérité aux individus. Ces voiles sont généralement de l'ordre de l'illusion due à ce que l'on appelle "les impuretés" de l'être. C'est à dire : ce qui est né de ses souffrances en incarnations et n'a pas été compris.

 

Si vous pensez tout savoir et tout avoir compris comme j'ai vu en réponse une élève à un courrier : vous n'avez rien à faire dans cette école. Nous nous refusons de vous donner les moyens de manipuler autrui sans vous enjoindre auparavant à vous parfaire vous-même. Donc la réponse de cette élève était parfaitement inadmissible et ne faisait que démontrer qu'elle ne savait pas ce qu'elle faisait en s'inscrivant aux cours. Ce qui est, vous l'admettrez : le comble de l'ignorance et de l'inconscience.

 

J'ai pour projet la rédaction d'un petit livre qui sera intitulé "introduction à l'astrologie karmique" car depuis 20 ans que mes livres sont parus, j'ai eu l'occasion de juger les erreurs qui sont faites dans son approche et ce livre entend y remédier et y répondre.

 

Quoi qu'il en soit, l'astrologie étant "la science de la connaissance de soi", nul n'est besoin de prétendre en faire métier pour s'y inscrire. Il faut simplement être déterminé à se centrer sur ce qui est essentiel et important pour une vie pleinement réussie : se connaitre et savoir se guider soi même pour s'affranchir des jugements d'autrui notamment.

 

Autre erreur à laquelle je voudrais répondre bien que je l'ai déjà fait. L'astrologie karmique n'est pas "une autre astrologie". Ce point de vue provient de gens qui ignorent le monde de l'astrologie et l'évolution de cette connaissance dans l'histoire que l'on peut résumer ainsi :

 

L'astrologie s'est tout d'abord dite "traditionnelle" : très déterministe et prédictive, c'est notre héritage historique. Une des "figures" de cette approche au XXème siècle, bien qu'il ait voulu aussi faire du psychologique à la suite de Freud est André Barbault. Ensuite, au XXème siècle aussi, mais plutôt aux USA est venue l'astrologie humaniste, avec Dane Rudhyar ayant lu Jung mais l'ayant quelque peu interprété. Il est à mon sens beaucoup trop idéologue comme ont pu l'être certains théosophes mais a été contemporain d'un développement de la psychologie évoluant vers ce que l'on appelle le "transpersonnel" (courant pas plus reconnu par "les officiels" que Jung d'ailleurs si l'on en juge encore des commentaires sur les fiches wikipedia). C'était dans le cadre d'un grand brassement d'idée qui a eu lieu au XXème siècle où bien des concepts traditionnels en science comme ailleurs ont été bouleversés, mais il faut bien l'admettre : surtout à l'étranger et aux USA où se sont réfugié bon nombre d'intellectuels européens durant la guerre. L'astrologie karmique s'inscrit donc dans cette évolution comme un nouveau "saut quantique" évolutif et peut être sur le plan technique qualifiée donc d'astrologie 2.0. Elle s'inscrit simplement dans une évolution qui parfait sa connaissance de l'homme en réintégrant tant au plan technique que philosophique : la réincarnation.

 

Cette réincarnation était aussi enseignée par les premiers chrétiens tout simplement parce qu'il s'agit d'une vérité universelle mais a été voilée par le concile de Nicée qui l'a éliminé du dogme chrétien. Il faut donc dans l'idéal étudier l'histoire des religions pour savoir cela : la vérité spirituelle est "une" même si elle a connu bien des avatars historiques et que chaque culture a employé des terminologies différentes pour en parler. Le judaïsme l'enseigne et je rappelle donc aux chrétiens que Jesus étant né dans cette culture il est impossible qu'il ait pu l'ignorer ! On ne peut bien comprendre d'ailleurs la parole du Christ sans cet éclairage, mais on doit se souvenir comme il s'en prenait déjà aux "docteurs de la loi" qui gardaient pour eux la vérité. Ce qui est malheureusement longtemps resté vrai d'où son conseil aussi de "se méfier des faux prophètes". Nous avons retrouvé cette vérité en occident notamment grâce à la mode de l'orientalisme qui a régné au XIXème siècle ce mouvement ayant été ouvert notamment par un philosophe comme Shopenhauer.

 

Je rassure donc les chrétiens : il n'est pas besoin de se convertir ni au bouddhisme ni à la spiritualité indienne pour évoluer spirituellement. Et l'astrologie karmique comme outil évolutif est d'une aide incomparable à notre progrès spirituel.

 

Pour conclure, qu'apprend on dans une école astrologique ? A faire de "justes" interprétations. Car on voit les débutants projeter au contraire leur subjectivité sur les symboles, ce qui n'est pas du tout la bonne approche. Il faut au contraire se servir de l'astrologie pour : objectiver notre subjectivité et ceci revient à travailler "notre justesse".

 

Comme les personnes évoluées l'ont compris : tout est question d'interprétation. Et chacun a son interprétation des choses dépendant de son niveau de compréhension et de ses connaissances. Evoluer en niveau de conscience nécessite donc d'avoir acquis un niveau de compréhension qui permette d'évoluer encore vers un nouveau pallier. On est juste lorsqu'on dit "ce n'est que mon avis", mais il faut préciser "mon avis à l'instant T" car cet avis pourra changer à mesure que nous évoluons. Et toute personne se donnant les moyens d'évoluer doit savoir qu'elle "n'est pas finie" et en cours d'évolution. Pour continuer, il faut donc savoir remettre en question ses certitudes, comme je l'ai écrit dans un article sur Neptune traitant de nos illusions. Il convient de savoir que : la route est encore longue...

 

Ce qui la clot : c'est l'éveil de la kundalini synonyme de libération de la réincarnation. Ce n'est alors pas tant notre conscience qui change mais : notre énergie ! J'appelle cela "faire corps avec sa science" car tous les yogas (terme voulant dire "union avec le divin"), l'enseignent. Et je rappelle qu'il existe un "yoga de la connaissance" nommé Jnana yoga lequel travail le plan mental après avoir travaillé le plan physique et émotionnel. Mon école prétend donc transmettre un "yoga mental" et convient aux personnes qui en sont là.

 

Si l'on en croit Steiner, il ne reste plus beaucoup de temps aux hommes pour prendre "le bon chemin" du chrétien. En effet, la logique matérialiste qui s'instaure ne permettra plus à l'avenir de retrouver "le fil" conducteur. Les projets du Transhumanisme consistant à faire fusionner l'homme et la machine vont tout à fait à contrario de l'évolution spirituelle et maintiendront les hommes prisonniers de la matérialité.

 

Soyez donc conscient de cela, et établissez vos priorités en conséquence.

 

 

Laurence Larzul - le 16 mai 2017

 

Vous pouvez reproduire les textes de ce blog et en donner copie aux conditions suivantes :

LARZUL Laurence sur

 

 
Commentaires (1)

1. Madée Poirier 05/06/2017

bonjour Laurence,

Tout cela est juste. Quel plaisir de vous lire.
Chaleureuses pensées,
Madée Poirier

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

© Laurence LARZUL - 2011-2012