alchimie 2012

MONDIALISATION ET INTERNATIONALISATION

laurence-larzul-2010.jpg
imperatrice.jpgmonde.jpg
MONDIALISATION ET INTERNATIONALISME - féminin, masculin, soleil, lune...

Tout d'abord, je voudrai repréciser deux termes qui sont fort différents, tout en décrivant une seule et même chose, à savoir l'universalité du genre humain s'inscrivant dans une processus évolutif dont nul ne connait vraiment ni le début ni la fin, ce qui autorise à s'en remettre à une chose que l'on appelle au plus juste : Dieu. Que l'on veuille donner un autre nom à ceci au prétexte que certains en ont dénaturé le sens véritable, c'est une autre histoire... Elle relève d'une même usurpation que celle de ceux qui voudraient bréveter le vivant (pour le vendre à leur prochain), comme s'il s'agissait de leur création, et non de celle de Dieu.

Je voudrai donc opposer ici le concept de "mondialisation" à celui "d'internationalisme". La "mondialisation" est un processus qui est en route, orchestré par ceux qui se veulent "maître du monde" et suppose l'abdication de toute souveraineté et donc : la fin des nations.

L'internationalisation, à l'inverse, repose sur une juste relation entre nations souveraines et autodéterminées.

Mais derrière tout ces beaux discours politiques, il est une chose essentielle à comprendre. C'est la notion de "nation". Une "nation" repose sur une mémoire commune qui a conduit à unifier un peuple autour de valeurs partagées, et le lien à la terre que certains appellent sol, comme glaise sculptant l'être est sans doute aussi puissant que celui de la mère à l'enfant de par une énergie tellurique dont il ne faut pas sous-estimer les effets. Sous le régime monarchique, il se cachait en réalité un principe théocratique, reposant sur le principe chrétien et catholique accordant au roi "un droit divin" que tous étaient supposés respecter, à commencer par le roi lui-même, conscient d'être dépositaire de la justice divine. Certains rois ont été dignes de cette fonction, d'autres pas.

L'histoire de France a été marquée par une Révolution Française dont on sait qu'elle fut essentiellement animée par la classe bourgeoise s'opposant au privilège des artistocrates et du clergé. S'il est probable que ces privilèges aient tout d'abord été mérités par la bravoure et la loyauté, signe de l'aristocratie véritable, la transmission par héritage de vertus ou physiques, ou spirituelles, n'est certes pas garantie. Encore moins par la vente de titres, comme le clergé vendait ses "indulgences". Je ne prétends pas juger de cela car "les voies de dieu sont impénétrables" et comme chacun sait, l'habit ne faisant pas le moine, ces institutions humaines ne sont que des apparences masquant la profondeur d'un homme constamment en combat entre le bien et le mal. Ce qui décide de son karma.

En revanche, il est bon de rappeler que derrière toute idée de "nation" et donc de "mémoire" se cache la vérité de l'âme et de son existence. J'ai déjà donné ma définition de l'âme comme étant "la vie inconsciente d'elle-même" et cheminant précisément vers une plus grand conscience, jusqu'au fameux "mariage alchimique", à savoir l'union de l'âme (Lune) et du Soleil (conscience). Toute la vie cosmique perdure via ce modus operandi...

L'âme d'un citoyen est donc celle d'un individu appartenant à ce que l'on appelle "une âme groupe", ceci, avant d'être suffisamment évolué pour dominer cette appartenance au groupe et agir pour des plans supérieurs et divins, auxquels il accède en conquiérant son humanité, par delà son animalité.

Oui, il existe "une écologie" de l'âme et je n'ai de cesse de rappeler que le nier est contraire à toute véritable conscience écologique dans la mesure où la fécondité de l'âme s'associe à celle de la nature, laquelle nature transcende l'ensemble du vivant. Elle est en l'homme, comme elle lui est extérieure.

Aussi faut-il s'inquiéter d'une société et d'un discours visant à l'éloigner toujours davantage de sa nature véritable. Ainsi en est-il de ceux qui prônent une "mondialisation" fondée sur la technologique et la technocratie, mais supposant donc, l'abdication de toute souveraineté. Puisque toute souveraineté nationale, repose sur la souveraineté de ses composantes individuelles, de leur libre choix et de leur faculté à évoluer sur les bases de leur propre nature et en accord avec celle-ci. C'est donc une "dénaturation" au sens propre du terme. Et donc une perversion détournant l'âme de sa finalité souveraine.

Vouloir donc "la fin des nations" après avoir opéré une Révolution Française qui suppose que ce soit le peuple à présent qui soit "souverain" et non un représentant divin, aimé et respecté, revient à faire abdiquer à tout individu sa liberté et à l'aliéner, non à un principe divin, mais à une volonté obscure, fondée sur les pulsions humaines les plus autodestructrices, telles que la cupidité, la peur, la bestialité. Voilà pourquoi l'on parle "de bête immonde" car elle sommeille en tout homme et peut le dévorer à tout instant s'il n'y prend garde. Ceux qui flattent les bas instincts de l'homme le savent et jouent délibérément avec le feu...

Je parle donc bien de "conquérir" son humanité, ce qui suppose avoir triomphé de "la bête" qui sommeille en tout homme.

Je rappelle donc ici ceci car c'est de première importance que de prendre conscience que derrière les manipulations politiques, il y a cette volonté de nier la nature humaine, voire de la détruire. C'est seulement en étant conscient de ce danger que l'homme pourra éviter d'être conduit à sa perte et recueillir le bénéfice d'une "révolution" supposée l'avoir rendu libre et non davantage aliéné. Car il faut bien observer que les plus conscients actuellement sont dégoûtés de la politique et tentés de ce fait d'abandonner toute lutte à ceux qui n'attendent que cette abdication pour faire de l'homme un esclave et non un citoyen digne.

Prôner donc une "mondialisation" fondée sur "la fin des nations" revient à vouloir voler leur âme aux hommes. Il faut en être conscient. Seul le respect de la différence des identités nationales et de leur droit à l'auto-détermination est légitime. Le "droit d'ingérence" au nom de principes partisans et opportunistes est criminel. Une nation libre doit vivre et assumer son histoire par elle-même, et pour cela, surmonter ses crises de croissance sans l'assistance de quiconque. Le jeune humain grandirait-il sans faire face à l'adversité afin de montrer de quoi il est capable ? Non. Il doit trouver ses propres forces en lui-même pour parvenir à la maturité faisant de lui un être conscient, fort et digne. On peut dire à cet égard que toute aide extérieure, de ce point de vue, l'empêche de se confronter à lui-même et de savoir ainsi de quoi il est fait. C'est donc un poison. Celui inséminé par l'autre qui veut le garder sous sa dépendance, parfois jusqu'à l'esclavage et l'aliénation. Seul un pourvoyeur de drogue faisant profit de la dépendance d'autrui peut se comporter de façon aussi destructrice.

La nation française, si fière de ses lumières et de son héritage humaniste semble oublier sa vocation. Elle n'est pas d'aller détruire d'autres nations, tel que cela a été le cas en Irak et en Lybie, mais au contraire, de les éclairer. A l'heure actuelle, avec les gouvernants ayant pris le pouvoir par le mensonge et l'usurpation, on peut dire que la nation française est en train de perdre son âme. Et si elle la perd, tandis qu'à l'inverse elle doit l'éclairer, comme je le fais ici, c'est l'humanité tout entière qui perdra "son éclaireur".

Voilà pourquoi c'est à juste titre que la scène internationale ne reconnait plus cette France défigurée par le mensonge et l'usurpation. Si le français a perdu son âme, le monde, lui, pas encore et rappelle donc la France à ce qu'elle était et représentait aux yeux de tous, ce qui en faisait une nation respectable et respectée. A cette époque, c'était un signe de distinction et de spiritualité que de parler français. Certains s'en souviennent...

Si nous en restons aux symboles associant le Soleil et la Lune, il est donc urgent que le peuple lunaire redevienne conscient de lui-même et de ses forces de vie. Voilà pourquoi, sur le plan spirituel, ce qui est le plus important est d'affirmer haut et fort ses objectifs de réalisation solaire et de défendre ainsi son âme, gravement mise en danger par ceux qui l'ont perdu et voudraient la conduire à en faire autant...

N'abandonnez pas votre conscience citoyenne, car cela revient à abandonner votre humanité... N'abandonnez pas la lumière de votre conscience à ceux qui vous mentent, car cela revient à abandonner la lumière qui vous guide.

Le monde ne reprendra sa course universelle qu'à condition que chaque nation coopère à son élaboration. Sinon, nous savons que les terres les plus fécondes sont déja devenues stériles et désertiques par le passé. Ce serait le futur d'un homme ayant perdu son âme, faute de l'avoir défendue en l'éclairant ses sentiments des feux de la conscience...

Le monde que certains athées scientistes veulent nous vendre n'aura tout simplement jamais lieu, car il nie la réalité du vivant et donc de l'âme qui le sous-tend, comme la graine précède la fleur manifestant la force de vie. Niant la graine, car elle est invisible, ils nient que l'invisible préside au visible et le sous-tend. C'est le point de vue athée et matérialiste, mais surtout primaire. Ils conduisent donc les hommes sur un chemin de perdition certaine. L'âme dans sa course vers la réalisation divine par le chemin de l'amour, elle seule peut créer un monde viable où l'humain peut habiter.

Chassez donc tous ces fantômes et ces mort-vivants qui voudraient vous faire avaler des contre-vérité. Vous êtes vivant ? Montrez-le et restez le ! Et signez cette pétition, comme une sorte de : "conjuration des imbéciles", car il s'agit bien de conjurer les mauvais esprits et d'en triompher...

Pour les plus avertis en matière ésotérique et spirituelle, je rappellerai qu'un Guénon évoquait "le Prince de Ce Monde" comme le fameux Satan dont le Christ nous a enseigné les moyens de triompher... La conscience actuelle nous révèle l'existence des Illuminati ayant infiltré la franc-maçonnerie et bien sûr qu'il faut trouver en eux la raison de l'évolution perverse du monde actuel. Mais s'il y a eu effectivement "complot" il ne faut pas oublier qu'en l'homme conspire aussi un dieu que nul ne peut vaincre sans se détruire lui-même...

Parmi certaines "contre-vérité" d'importance et ayant influencé les esprits du siècle passé, il y a par exemple celle d'un Julius Evola qui, dans "La Métaphysique du Sexe"(*), prétend que la finalité des réincarnations se réalise lorsque l'on s'incarne en homme. Tout à l'inverse, Lao Tseu nous pose la question : "peux-tu ouvrir les célestes battant en jouant le rôle féminin ?", et l'alchimie chinoise confie aussi au féminin le pouvoir de vaincre le dragon rouge... La lame du Monde illustrant la réalisation spirituelle, elle aussi nous rappelle que c'est sous forme féminine que celle-ci s'opère. Il semble que l'homme ne pourra comprendre et intégrer cela que lorsqu'il aura abandonné l'idée de "force" (laquelle est physique) au profit d'une idée de "puissance" (laquelle est spirituelle)... Il n'existe qu'une seule forme de "puissance", celle qui consiste à donner la vie. Non à la détruire. Détruire la vie, ou même être assez arrogant pour s'estimer capable d'en faire une copie non conforme, est le signe ultime de l'impuissance...

Et la vie a son prolongement temporel, comme elle a son prolongement spirituel... Il est évident que la Chine prend actuellement la suprématie car elle est de tout temps dans l'idée d'une coopération masculin/féminin, et non dans l'idée d'un "conflit" qui voudrait faire prédominer une instance sur l'autre, brisant ainsi le flux naturel de la vie. La pensée chinoise pense d'emblée le "paradoxe", tandis que pour l'occidental, il faut faire un effort de "conscience amoureuse" dirai-je pour transcender les opposés (et se rendre ainsi maître de la dualité)...

Quoi qu'il en soit, la dernière incarnation, celle où l'on se libère est sous forme féminine... Les traditions l'ont toujours dit a demi-mot, jusqu'à l'iconographie chrétienne représentant Marie triomphant du dragon. La Sophia, l'âme du monde, est de nature féminine et l'homme ne peut accéder à cette sagesse que par l'amour et le respect du principe féminin, non en tentant de le dominer et l'étouffer.

L'occidental s'est habitué à faire un choix unilatéral, tandis que le chinois a toujours su faire coexister les contraires au moins conceptuellement. C'est là une grande différence "nationale" c'est à dire appartenant à l'âme et à l'identité de chacun des peuples. Mais si un jour nous devons trouver le bénéfice d'une "internationalisation", c'est en s'enrichissant de nos points de vue divers et des divers aspects de la culture humaine, non en soumettant et en niant l'autre...

La Chine s'est enfin éveillée... Aux hommes de le faire à présent !

Quoi qu'il en soit, dans les pas de Jung nous orientant sur le Yiking, seul Lao Tseu m'a semblé illustrer au mieux la problématique de la Lune Noire son ambivalence et son caractère paradoxale...

Je le cite à nouveau :

"Tout le monde tient le beau pour le beau,

en cela réside sa laideur

tout le monde tient le bien pour le bien,

en cela réside son mal"

A méditer.... Pour vous libérer de cette tendance fâcheuse à juger de ce que vous n'êtes pas à même de juger... Il importe d'affirmer sa volonté de bien, mais non de préjuger de ce qu'est ce bien... Car alors : tout flux de vie se bloque et se tarit. Et il n'est en vérité qu'un seul bien véritable : un Homme qui grandit en conscience et en amour et dans son humanité, donc...

(*) je cite ce monsieur Julius Evola car il a été très impliqué dans les mouvements fascites du siècle passé et qu'il avait lu Jung avant d'écrire cela en 1968, mais de toute évidence en diagonale. Il en est qui pense juste, et d'autres qui pensent faux, comme en musique on chante juste ou faux. Monsieur Julius Evola avait déjà fait l'erreur de croire en la vertu spirituelle d'un Hitler, se ralliant à ses thèses racistes et raciales dont il avait pourtant une vision plus spirituelle, erreur que n'avait jamais commis Jung, bien plus élevé en conscience et humble en son humanité.

Il faut noter que ce courant fasciste a prévalu à une époque où, déjà, l'on s'inquiétait d'une "féminisation" de la société. Ce courant émanait donc principalement d'hommes n'en étant pas vraiment et qui, au lieu de s'élever dans l'amour du principe féminin, ont cherché à le soumettre et le détruire dans sa tentative d'émancipation. Je le précise car on voit resurgir des discours d'un mépris inqualifiable pour les femmes de la part d'hommes se recommandant d'un "surhomme" visiblement attardé dans sa figure machiste et dominatrice. Bien loin donc de l'Humain pleinement accompli dans sa part tant féminine que masculine qui est le terme et la finalité de l'évolution humaine.

Les jeunes générations "pensantes" doivent donc savoir qu'il s'agit là d'une dangereuse contre-vérité. Et j'inviterai à cet égard à lire l'ouvrage de Pierre Lassalle sur "l'Héroïsme amoureux" rétablissant quelques vérités importantes sur ces questions fondamentales de l'harmonie des sexes.

Pour conjurer les imbéciles croyant pouvoir manoeuvrer les consciences à leur guise, signez cette pétition : http://www.petitions24.net/jaccuse2012

© Laurence LARZUL - 2011-2012