LES DRUIDES : NOS ANCETRES ASTROLOGUES ?

LES DRUIDES : NOS ANCETRES ASTROLOGUES EUROPÉENS ?

Nous voyons à l'heure actuelle resurgir de telles confusions et idées fausses dans une tentative de retour aux sources spirituelles que je me suis réjouie de découvrir l'émission de France Inter, consacrée aux Druides que vous pourrez écouter ci-dessous. En effet, depuis le temps que je me consacre à l'enseignement de l'astrologie karmique, j'ai eu à m'opposer à quantité d'idées fausses. Dont celle qui voudrait que la réincarnation ne serait pas un concept occidental. Et nous voyons beaucoup d'adeptes de l'astrologie karmique se croire obligés de se convertir au bouddhisme par "cohérence".

Et pourtant, si l'on est vraiment imprégné de l'esprit de l'astrologie karmique, on se doit de comprendre que ce n'est pas un hasard si l'on nait dans une culture plutôt que dans une autre. Et qu'en termes d'évolution personnelle, donc, il est bon de partir sur nos bases à nous et non sur des bases d'emprunt. De la même façon, une plante ou un arbre, s'épanouira mieux dans les terres de sa contrée. Ce que disait déjà Jung et ce que rappelle le Dalaï Lama il me semble aussi. J'ai donc souvent cité nos racines grecques et la pensée d'un Pythagore adepte de la métempsychose qui a largement essaimé dans tous les domaines (musicaux, philosophiques, scientifiques) qui déjà enseignait la réincarnation. Mais, je me place aussi personnellement du côté des origines celtes et de sa culture druidique dont on ne sera guère étonné d'apprendre qu'ils étaient les premiers savants européens et qu'on les appelait... Les pythagoriciens ! Ils croyaient donc, eux aussi, en la réincarnation et pratiquaient bien sûr une astrologie peut-être plus rudimentaire que la nôtre puisque nos apports viennent surtout des arabes parmi les diverses sources.

Car bien sûr, comme le rappellent les spécialites de l'histoire des religions nos apports "spirituo-intellectuels" sont, dès l'origine, de nature syncrétique et composite. Ceci n'est pas le propre de notre époque ni à cause du New Age. Si l'on se réfère à l'histoire chrétienne en France nous sommes obligés d'admettre que la Renaissance, déjà, a vécu, via un Marsile Ficin ou un Pic de la Mirandole un tournant culturel important en retrouvant des sources plus orientales, notamment via la cabale qui, ajoutée à la pratique de l'astrologie -courante chez les grands esprits de l'époque- était de nature réincarnationiste puisque la pensée cabaliste l'est. C'est ce qui valut le bûcher à un Giordano Bruno qui pourtant ne versait pas dans l'astrologie.

A part celui de notre enfance où l'on croyait au Père Noël, il n'y a donc jamais eu un temps béni historique où tous étaient d'accord sur la question. Il y a plutôt eu des phases d'obscurantisme, puis de lumière, puis à nouveau d'obscurantisme spirituel, cela au gré du pouvoir de l'épée que l'Eglise n'a pas dédaigné d'utiliser pour contraindre les récalcitrants à adhérer à son dogme. L'inquisition et ses méfaits nous le rappellent si l'on veut bien s'en souvenir. Il me semble d'ailleurs d'autant plus opportun de le faire qu'à l'heure post "renouveau charismatique", nous voyons certains tenants de l'Eglise partir en guerre sans discernement contre toute "pratique occulte" et cela, selon les termes les plus archaïques, faisant du terme "occulte" à nouveau le terreau de tous les obscurantismes et réveillant toutes les superstitions. Puisque, pour ne pas "tomber dans les pièges du malin" en portant notamment des amulettes, on vous demande de porter des médailles de protection, comme si "l'esprit magique" ne présidait pas dans les deux cas !!! Cela sonne malheureusement comme un échange de mauvais procédés de commerçants récupérant les déçus d'une boutique pour mieux revendre ses vieilleries sorties des tiroirs pour l'occasion. Cela m'a fait peine de constater cela sur quelques sites internet, me disant que le bon chrétien, à ce compte, n'était pas près de sortir du moyen âge et de ses vieux démons qui ont conduit aux plus cruelles et folles chasse aux sorcières. Cela, tandis que tout de même, CG Jung est passé par là pour nous éclairer... Mais bon, chacun doit faire son chemin et souhaitons lui de trouver rapidement de bons guides, plutôt que l'inverse...

Si l'on se réfère à l'histoire du dogme catholique, on apprend que son dogme l'a tout bonnement rayée la réincarnation au profit du dogme de la résurrection dans le même corps lors du Concile de Nicée. En réalité, si l'on va sur la page wikipédia concernant la réincarnation, on s'aperçoit qu'elle est effectivement très partagée de par le monde, mais systématiquement éradiquée  par les 3 religions monothéistes dont on peut comprendre que les visées de domination temporelle et politique s'accomodent mal d'une telle vérité. Il est largement plus payant, vu de ce point de vue, d'enseigner la crainte de l'enfer dès la mort dans cette vie présente si l'on ne s'est pas bien tenu, c'est à dire : si on ne lui a pas obéi.

On s'aperçoit aussi, avec le panorama que nous offre la page Wikipédia sur la réincarnation que de la même façon que c'est le cas parmi les chrétiens (car on peut être chrétien en référence au Christ plutôt qu'au dogme de l'Eglise, la Réforme, par le passé, s'est déjà opposé aux mauvaises pratiques de l'Eglise tout en restant fidèle au Christ. ), il ne suffit pas d'être indien ou bien tibétain pour adhérer totalement à cette conception. Cette vision spirituelle de l'homme ne peut naître que d'individus spirituels, aptes à transcender et dépasser les limites physiques pour accéder à la Connaissance. L'individu lambda, lui, n'ayant pas cette faculté est bien obligé de croire ou ne pas croire ces instructeurs spirituels. Ces instructeurs ayant davantage à coeur d'éclairer les hommes que de les dominer, il est aisé de comprendre qu'il fut facile de les contraindre à se taire par la force, d'où, chez les Chiite par exemple, la perpétuation dans le secret de cette "connaissance spirituelle" au sein de l'Islam malgré son interdiction par "les pères". Rappelons que Jesus lui même a fait les frais de cette triste vérité puisqu'ils furent bien plus nombreux à mettre en doute sa parole qu'à le croire au début, les premiers chrétiens étant tout d'abord persécutés...

Personnellement, en tant qu'astrologue chrétienne (j'y tiens !) ayant évolué vers cette conscience réincarnationiste des choses via la pratique plus approfondie de ma science, je considère que c'est à chacun de se forger une idée et une opinion. Puisque c'est la pratique même de l'astrologie karmique qui est à même d'ouvrir la conscience à une autre approche du destin de l'homme sur cette terre. Voilà pourquoi je me consacre à son enseignement puisque je considère l'astrologie comme un "yoga" qui à force de pratique "muscle" les facultés supérieures de l'esprit humain de sorte à lui permettre d'accéder à des niveaux de conscience supérieure. De la même façon, j'aurai pu enseigner un yoga plus physique puisque je pratique par ailleurs une sorte de Raja Yoga (méditation) conjointement à ma pratique d'astrologue. Et ces deux pratiques conjointes ont permis l'éveil de facultés dont on peut considérer mes ouvrages d'astrologue comme un "résultat" en terme d'enseignement à transmettre.

Ceci n'empêche ni la prière, ni la foi dans le christ... Mais ceci permet du recul quant au dogme des religions monothéistes bien plus destinés à exercer un pouvoir temporel sur des âmes ignorantes qu'à les éclairer sur le sens de leur vie et sa finalité. Question que seule un chercheur spirituel authentique peut-être amené à se poser. Et à lui, je dis donc, bonne nouvelle ! Il existe une science, l'astrologie, qui peut répondre à ces questions, cela, par delà tout dogme établi... Mais par une méthode qui apporte quelques lumières sur ces grandes questions existentielles.

Par ailleurs, la page Wikipédia met clairement en question le fait que même dans la croyance en la réincarnation, tous ne sont pas d'accord sur sa finalité, certains y voyant une punition là où d'autres y voient une récompense semble-t-il puisqu'ils font écho à tous les points de vue connus sur la question. Sans avoir interrogé l'astrologue karmique cependant...

Je donnerai donc le mien pour dire que bien que m'étant ouverte à d'autres traditions indiennes et bouddhistes, puis chamaniques, lesquelles montrent surtout un "approfondissement" de cette connaissance, je reste chrétienne et donc mon approche est plus proche de celle des gnostiques chrétiens. Toutes les techniques orientales de travail sur soi peuvent être vues en effet comme le moyen d'acquérir, précisément "la gnose". C'est pourquoi, je qualifierai plus volontiers l'astrologie que j'enseigne de "gnostique" plutôt que karmique. Etre conscient de la loi du karma de cause à effet n'étant qu'un élément de la gnose, comme "loi spirituelle".

Mais dans une logique cabaliste et dans l'esprit d'un Giordano Bruno, je crois en l'existence d'un monde meilleur, de nature spirituelle et qu'il s'agit par conséquent de se libérer des réincarnations ou bien de ce que Pythagore appelait "le cercle des générations"... Toutefois, cette "libération" ne peut survenir que lorsque l'âme a atteint "la totalité" comme l'évoque Jung, c'est à dire : a fusionné avec le Soi divin. Il parle de "Totalité" aux fins de ne pas confondre avec "perfection" comme pourrait le laisser l'entendre l'image du Saint irréprochable aux yeux des hommes. L'idée de "Totalité", elle, suppose plutôt d'avoir "intégré son ombre" comme processus de croissance personnelle vers le Soi, et donc de "purification".

Au terme de cette "purification" se créée le corps de lumière et c'est ce corps là qui vivra "la vie éternelle" mais sur un autre plan, ce qui, là, rejoint l'image du Saint tel qu'enseigné dans l'Eglise avec son corps glorieux. Donc, pour finir, j'adhère à l'idée d'une "chute", chute dans la matière justement et voilà bien de quoi il faut se libérer en se libérant de la réincarnation. Il s'agit donc de "s'élever" à tous points de vue, par la pratique de la vertu, notamment, ce qui là, est chrétien, ceci, au lieu d'involuer davantage (ce qui alourdit le karma). L'astrologie karmique, en permettant de comprendre les aléas de notre destin aide à se libérer de la charge karmique qui naîtrait des émotions non transformées, des avatars non acceptés que connait toute vie.

Pour l'homme moyen, être conscient du fait qu'il va se réincarner le responsabilise face au destin et en cela, il s'opère une conversion intérieure de l'être qui n'est dès lors plus perdu dans un monde dénué de sens, vivant des événements sans signification. Et puis, le pollueur inconscient, s'il sait que c'est lui qui va venir boire les eaux nauséabondes et respirer l'air toxique dans une prochaine vie : continuera-t-il à détruire la nature ? A bien des égards la réincarnation enrichit tout simplement le sens moral de l'individu et réconcilie avec l'idée de justice en permettant de comprendre les apparentes injustices. Ainsi, l'être ignorant des lois spirituelles parle "d'impunité" face aux méfaits de certains... Mais la conscience du karma, elle, ne croit pas en cette impunité. Savoir que cette loi est infrangible -de même que celle du libre arbitre laissé à l'homme- doit d'ailleurs permettre au chrétien si ce n'est de ne pas tendre la joue gauche, tout au moins de se reposer sur l'idée que "ce sera payé" et laisser faire cette justice, cela au lieu de se venger par exemple (ce qui ne fait qu'accroître son karma à lui !).

Nous le voyons bien à l'heure de ce temps de crise où les causes véritables sont partout révélées et on l'on hésite pas à parler de "voyou et de délinquants financiers". Y a-t-il impunité ? Peut-être pour certains qui se défaussent sur leurs hommes de paille. Mais la véritable "culpabilité" n'a-t-elle pas été de les laisser faire sans s'y opposer ? Comme disait Einstein : "Ce n'est pas que le mal existe qui est le problème, c'est le fait qu'on le laisse faire". Alors, y-a-t-il "impunité" pour une société qui laisse faire, suit aveuglément, répète bêtement et devra "payer" pour une faute dont elle ne voudrait pas être responsable ? Celui qui parle "impunité" est soit un ignorant spirituel, soit un mauvais génie tentateur... Mais il faut dire aussi que ce mauvais génie est passé maître dans l'art de dévier les colères sur de mauvais objets et de faux coupables : les fraudeurs d'en bas qui ne font que se débrouiller, les fumeurs que l'on raquette, les "criminels" du volant qui nuisent à une famille peut-être, mais non à une société toute entière en profitant de ses forces vives sans esprit de retour ni de partage.

Donc, comme je le disais déjà en 1990 avec mon premier livre sur les noeuds lunaires, dans le doute et l'incertitude, puisque ce type de questionnement ne pourra trouver réponse que par la croyance avant d'accéder à la connaissance, il me semble tout simplement plus raisonnable, en dernière analyse, d'adhérer à une idée qui enrichit grandement notre expérience d'humain plutôt que de sombrer dans "l'athéologie" d'un Michel Onfray au prétexte que l'église de son enfance lui aurait servi des histoires à dormir debout. Il faut à cet égard rappeler que l'astrologie a de tous temps été exercée par des êtres voués à un sacerdoce, puis interpelé les vrais chercheurs et philosophes et qu'un véritable philosophe, s'il est vraiment "amoureux de la sagesse" (selon l'étymologie du mot philosophe) ne peut négliger les lumières qu'apporte la pratique de l'astrologie comme "sagesse" précisément. Donc, si pour Michel Onfray philosopher revient à savoir apprécier la vie et faire de la bonne cuisine, on se demande pourquoi il n'a pas ouvert un restaurant ??? Je ne vois aucun mal à cette approche des choses, mais dire que dieu n'existe pas parce qu'on ne l'a pas cherché, là, je tique ! L'astrologie en tant que science millénaire et sacrée réconcilie avec l'idée de Dieu, à l'inverse puisqu'elle nous permet d'accéder à "ses lumières" ce qui serait "péché d'orgueil" au yeux de certains chrétiens, tandis que l'astrologue se demande par quelle curieuse tournure d'esprit ces mêmes chrétiens demanderaient à dieu de les laisser ignorant tandis qu'il veut leur donner des lumières... Est-il bien chrétien de refuser et de juger ainsi les dons de dieu ? Est-ce aimer dieu que de considérer que ceux qui se vouent à aider et guider leur prochain grâce à cette science divine ne sont pas là en son nom sur son chemin ? Certes, il faut se méfier car il y a bons et mauvais astrologues, mais l'esprit de discernement doit s'exercer en tout et jeter l'anathème sur une science que certains papes ou rois crurent bon exercer sur la foi d'un prêtre ne connaissant que son Eglise c'est sombrer dans une bigoterie d'un autre âge, à l'heure où l'homme va sur la Lune. Cette réaction peut naître de peurs bien naturelles face à certains phénomènes inexpliqués, mais c'est dans l'occultisme que l'on trouvera explication et solution, bien plus que dans un retour en arrière dans le giron d'une Eglise peut-être rassurante et maternelle, mais qui, en cela, ne conduit pas l'homme à "grandir" et surmonter les épreuves du combat spirituel. La foi en Dieu demande de savoir qu'il est partout, sous toutes les formes, et même sous la forme du mal et de l'épreuve qui devra être transformée au nom de sa foi, et non "reniée" ou "refoulée" ce qui, là, serait dangereux.

Mais enfin, fort heureusement, les  individus sont libres eux d'évoluer selon ce qui résonne en eux en fonction de leur niveau d'évolution, lequel, vient avec les mutliples réincarnations et expériences ainsi acquises par l'âme qui nourrira la seule chose qui survivra : sa lumière consciente. C'est surtout au plan écologique que pour ma part, je vois une urgence à s'ouvrir à cette vision des choses... Se réincarner sur une planète où il ne fait pas bon vivre me semble être, là, pour le coup, une véritable image de l'enfer de nos grands pères !

Il est heureux déjà si l'on s'inquiète de l'avenir de ses enfants au lieu de se reproduire aveuglément et sans soucis de ce qu'il adviendra d'eux. C'est une façon, déjà, de grandir en amour et en conscience. Et la conscience d'une transmission généalogique précède celle d'une transmigration de l'âme. Mais si ce monde, un jour, ne doit plus être un lieu de souffrance, il faut bien comprendre que c'est parce que chacun aura acquis suffisamment de conscience pour agir de façon responsable, lucide, honnête et aimante.

Et, de ce point de vue, sur un plan plus collectif, je me réjouis de voir les consciences se réveiller face à un danger totalitaire qui n'a rien de fantasmatique malheureusement... Alors comme j'en vois confondre les druides avec des sacrificiateurs d'enfants sanguinaires, oui, on se dit que seule la connaissance pourra vaincre ce dangereux retour de l'obscurantisme où l'on passe son temps à monter les hommes les uns contre les autres au profit dans un esprit de chapelle et non de connaissance universelle...

Non seulement les Druides n'ont rien à voir avec l'image d'épinal que certains catholiques obscurantistes en donnent, mais en plus, ils étaient nos ancêtres astrologues et croyaient en la réincarnation. Incroyable, n'est-ce pas ? Que toute la mansuétude béatifique de la toute puissante Eglise veuille bien me pardonner de le rappeler et de me réjouir de voir des auteurs travailler à rétablir ces vérités historiques...

© Laurence Larzul - le 10 janvier 2012.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

druide pythagore métempsychose réincarnation solstice equinoxe pythagoricien astrologie karmique

Commentaires (1)

Kerhéol
  • 1. Kerhéol | 09/08/2013
Quoique l'ont puissent dire sur les Druides ,ils reposent sur rien ,étant donner que tout étaient enseigner oralement ,il y a aucun écris.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau