LA PENSÉE DE JUNG ET LA NOTION DE KARMA

LA PENSEE DE JUNG ET LA NOTION DE KARMA

 

On s'intéresse généralement à l'astrologie karmique pour connaître le passé et expliquer le présent. Toutefois, qui dit vies antérieures, dit nécessairement vies ultérieures. Cette idée de "vies ultérieures" fait sourire certains, et pourtant, il est illogique d'admettre les vies antérieures sans imaginer qu'il existe aussi des vies futures. Bon nombre de personnes, malmenées par l'existence émettent le voeux de "ne plus revenir". Or, elles devraient être conscientes que ce voeux est l'expression d'une conscience négative de la vie et de leur capacité à la vivre mieux. En cultivant cette conscience négative, elles se préparent des existences semblables à leur pensée. Il n'est pas question de dire ici que tout le monde est beau et que tout le monde est gentil et qu'elles devraient se voiler la face. Certes, la vie est difficile, mais pas seulement... Si nous ne faisons aucun effort de conscience pour comprendre, maîtriser et améliorer notre rapport aux choses (bien souvent justement parce que nous pensons que le paradis est ailleurs) l'état du monde n'a guère de chance de changer.

 

La plupart des philosophies et des spiritualités nous parlent de "l'Ici et maintenant". Cultiver "l'ici et maintenant" est le seul -et unique- moyen de se libérer du cycle des incarnations comme le souhaiteraient "ceux qui ne veulent pas revenir", c'est être au centre du cercle zodiacal. "Ceux qui voudraient ne pas revenir" devraient prendre conscience que le simple fait de souhaiter un ailleurs meilleur constitue un désir et qu'en cela ils se rattachent encore au cycle des incarnations en restant dans la loi du karma. Mais, comme ils cultivent une idée négative et découragée de la vie, leur vie future ne sera pas meilleure que l'état de leur conscience. Rien n'est plus difficile que se détacher de tout désir (de quelque ordre que ce soit) et de vivre pleinement dans l'ici présent. Ceux qui désirent être "libérés" ne réalisent pas toujours que c'est parfois une manière de cultiver la philosophie du "après moi le déluge".

 

Le monde étant psychique, il a besoin de la conscience de l'homme pour s'accomplir.

 

A ce sujet, l'oeuvre de Jung -qui a le mérite de s'inscrire en dehors de toute philosophie spirituelle tout en abordant ce type de questionnements- nous permet de le comprendre. Jung n'a fait en réalité, par le biais de la psychologie et de l'étude de l'inconscient, que redécouvrir ce que les philosophies orientales, elles, n'ont pas oublié mais que nous avons, quant à nous occidentaux, enterré (dans l'inconscient justement).

L'"énergétique psychique", concept Jungien de la libido, peut s'apparenter à cette énergie du désir qui est à l'origine du karma. En sanscrit le terme Karma signifie acte. Or, cette traduction peut s'avérer trompeuse si l'on ne comprend pas, ce qui est en effet très lointain de l'esprit occidental, que la pensée même est un acte, qu'elle produit une énergie et donc entraîne une action.

Si j'en appelle à Jung ici, c'est que toutes ses considérations sur la vie psychique et inconsciente apportent une explication "raisonnable" pour nous occidentaux à la réalité du karma et de l'âme. Jung, s'opposant en cela à Freud, s'est efforcé de montrer que la libido est une énergie qui n'est pas uniquement sexuelle mais psychique et donc spirituelle. Il a donc élargi ce concept à l'ensemble des manifestations de l'existence humaine.

 

En outre, il souligne : "... la psyché fonctionne par-delà la loi causale spatio-temporelle. Il en résulte que les représentations que nous avons de l'espace et du temps et aussi de la causalité sont incomplètes. Une image totale de l'univers réclame, pour ainsi dire, une nouvelle dimension ; alors seulement il serait possible de donner de la totalité des phénomènes une explication homogène". Il est clair que nous n'en sommes pas là. Tout au plus peut-on faire l'expérience intérieure du fait que "la psyché fonctionne par delà la loi causale spatio-temporelle"... Jung nous fait comprendre deux choses :

1/ la psyché humaine produit une énergie créatrice de manifestations

2/ cette psyché n'est pas soumise à la loi causale spatio-temporelle

Bien que Jung n'ait pas été jusqu'à cette conclusion (puisqu'en fait ces observations l'ont surtout amené à développer le concept de Synchronicité), ces deux faits qu'il a constatés expliquent la loi du karma. D'ailleurs, Jung acceptait tout à fait cette loi, ne se posant en fait que la question de savoir si ce karma est personnel ou impersonnel. A cela j'aurai envie de répondre :"les deux mon capitaine !" ou encore : "peu importe !". Quoi qu'il en soit, le thème astrologique personnalise le karma. Quand bien même il ne le serait pas à l'origine, il le devient au travers de notre incarnation. Là réside notre immense responsabilité et en même temps notre absence de culpabilité ! Nous ne sommes pas personnellement coupable de l'état du monde tel qu'il est mais tout à fait responsable de ce qu'il peut devenir.

 

Vouloir se punir d'un mal ou de fautes antérieures dont notre responsabilité n'est pas clairement établie est destructeur, en revanche créer un karma positif dans l'idée que, même si cela n'est pas sûr, nous pourrions en bénéficier voilà une pensée clé.

 

"Ceux qui voudraient ne pas revenir" sont dans un esprit de culpabilité. Ils pensent qu'ils sont là pour payer et qu'une fois la dette acquittée, après avoir bien souffert, ils seront quittes et auront payé leur droit d'entrée au paradis. Ici se confond chez l'individu occidental le mythe chrétien de "la vie éternelle au paradis" et la philosophie orientale "de la vie éternelle au travers du cycle des incarnations". Et cette confusion est source d'une mauvaise compréhension de la réincarnation.

 

Les deux philosophies s'accordent dans le caractère éternel de la vie toutefois. Cette vie éternelle a pour support l'âme qui, dans une philosophie comme dans l'autre, est l'instance éternelle de l'être. C'est elle qui contient la somme des expériences personnelles et universelles qui constituent "la réalité psychique du monde", l'Ame du Monde des platoniciens. Or, nous le savons à présent, la psyché est dotée d'une énergie créatrice de manifestation qui dépasse la loi causale spatio-temporelle. Comment des multitudes d'âmes désincarnées, porteuses d'expériences de souffrances et de maux pourraient-elles manifester un véritable paradis, même sur des plans invisibles ? Puisque, bien au contraire, le fait d'être à l'état psychique lorsque nous sommes décédé nous immerge complètement dans son contenu.

 

C'est seulement en tant qu'être incarné que nous pouvons échapper à la totalité psychique par la nette frontière qui s'établit entre la matière et le spirituel. C'est dans l'état incarné que nous pouvons façonner la réalité psychique en transformant notre conscience et surtout en travaillant cette conscience, en la développant afin d'organiser le chaos. Le chaos n'étant que la représentation d'une réalité psychique non clarifiée par le conscient.

Voilà quel est le sens général de l'incarnation de l'homme : organiser le chaos. Une fois le chaos organisé, -ce qui suppose que l'homme ait pleinement réalisé le pouvoir créateur de sa conscience, que certains appellent divinité, d'autre "conscience christique", etc.- peut être l'homme sera-t'il enfin capable de créer le paradis ? Ce paradis existe déjà virtuellement puisque nous sommes capables de le penser, mais dans une infime proportion par rapport à la totalité psychique, ce n'est encore "qu'un coin de paradis"... N'est-ce pas là, au fond, l'appel chrétien nous enjoignant à réaliser le Royaume de Dieu sur terre ?

Plus l'homme s'efforce de bien penser et bien vivre le monde dans sa réalité présente, plus il bâtit un paradis dans la réalité psychique. A l'inverse, plus il pense et vit le monde dans ses aspects les plus mauvais -et cela même si lui ne fait pas le mal- plus il bâtit l'enfer. Quant à ceux qui pensent et vivent le monde sans se poser de question, ils maintiennent la réalité psychique à l'état de chaos.

 

Bien que ces considérations nécessiteraient un plus long développement, les exposer, même succinctement, est indispensable pour permettre de tirer tout le bénéfice de l'astrologie karmique qui est au fond une astrologie de l'âme. Bien souvent l'approche de cette astrologie est trop superficielle et relève d'une curiosité douteuse destinée à justifier ou compenser nos manquements. L'ego se préoccupe bien plus d'y chercher quel personnage flatteur -ou démoniaque- il a bien pu incarner que de prendre conscience de sa responsabilité spirituelle. Or, de ce point de vue, s'intéresser aux vies ultérieures est bien plus constructif ! A défaut de parvenir à vivre pleinement le présent et l'ici maintenant -c'est si difficile !-, si déjà nous nous attachons à réaliser que le présent contient les germes de notre futur, un pas est fait.

 

Peu de gens souhaite vraiment, de tout leur coeur, un monde meilleur. Ils ne mettent pas toute leur énergie psychique dans ce souhait à cause de cette idée de paradis dans laquelle ils trouvent refuge et consolation. Et le pire, c'est qu'ils se font souffrir inutilement en laissant oeuvrer inconsciemment l'idée que c'est à ce prix qu'ils gagneront le paradis ! Au fond d'eux git cette idée fausse que plus ils souffrent plus ils "mériteront". Mais un présent souffrant ne contient que les germes d'un futur souffrant. Seule la compréhension des lois permet d'échapper à la souffrance émotionnelle, en lui donnant sens. Et la compréhension ne peut naître que d'un éclaircissement de la conscience. La seule véritable source de souffrance est l'incompréhension, l'ignorance. Celui qui comprend échappe à la souffrance car il entre dans la dynamique du sens. A défaut de souhaiter ardemment un monde meilleur, qu'au moins chacun de nous se souhaite à lui-même une vie meilleure. Et ce n'est pas en cultivant insidueusement le mythe de la souffrance -ce qui fait de nous-même notre propre ennemi- que nous y parviendrons. Et si nous ne mettons pas véritablement d'énergie psychique à nous souhaiter individuellement le meilleur, comment le collectif -qui n'est en somme que le groupement de toute la masse des individus- pourraient-il un jour vivre un monde meilleur ?

 

S'il nous faut payer des erreurs passées, faisons-le, sans révolte. Tâchons simplement de comprendre pourquoi avec honnêteté, lucidité et humilité. Sur cette compréhension, et sur elle seule, un avenir meilleur pourra se construire... Et si notre nature émotionnelle empêche parfois le plein épanouissement de l'être, malgré son état de conscience, il existe la prière pour le libérer. La prière est précisément ce moyen d'échapper à l'emprise émotionnelle à laquelle nul n'échappe et de mettre en oeuvre une "énergie psychique" clarifiante et purifiante. Lorsque nous avons le réflexe de la prière, nous nous libérons des idées noires. C'est la première des vertus de la prière. Sa seconde vertu, c'est l'efficacité.

 

Pratiquer la lecture du thème karmique devrait permettre d'avoir accès à une conscience accrue et de se situer ainsi en meilleure harmonie avec l'âme du monde. Car l'astrologie, en somme, n'a pas d'autres fins que celle-ci : nous mettre en ordre avec la Loi cosmique universelle, l'âme du monde.

 

Et, lorsque nous suivons la voie indiquée par le noeud nord, nous sommes en harmonie avec l'âme du monde et tout devient alors plus aisé, facile, spontané et naturel. Car aucune force de résistance ne s'oppose à notre accomplissement... Seul notre égarement, notre aveuglement, notre ignorance ou notre paresse s'y opposent.

Pratiquer l'astrologie, et l'astrologie karmique en particulier, c'est comprendre que constamment la Loi est à l'oeuvre et que, c'est l'Amour, et lui seul, qui peut nous libérer de ses verdicts, si souvent implacables. Amour et Conscience sont une seule et même chose qui surgit et grandit au gré de notre initiation, de notre cheminement vers le Divin.

 

Retour à l'accueil

Retour à la page "Articles"

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

© Laurence LARZUL - 2011-2012