astrologie indienne

LILITH OU LUNE NOIRE ?

LILITH OU LUNE NOIRE ?

Depuis que j’explore le symbole de la Lune Noire (au moins depuis 1991 avec l’écriture de mon ouvrage « Comprendre la Lune Noire »), j’ai compris qu’il n’était en rien indifférent qu’on la confonde avec Lilith issue du Talmud puisque le Chrétien se fiant au Nouveau Testament n’est pas supposé faire une confusion entre la tradition Hébraïque et le Christianisme dont j’ai souligné qu’il empruntait surtout beaucoup au Zoroastrisme antérieur.

 

Faire croire au chrétien qu’elle serait la première femme d’Adam au moment de la création n’est donc pas innocent. En voulant inciter les femmes à se libérer d’une malédiction, on les invite en réalité à se rebeller, cela à l’image des fameux anges rebelles et à prendre de ce fait un tour démoniaque. On ne rappellera jamais assez combien beaucoup sont devenus satanistes dans le simple désir de se rebeller face à l’ordre catholique abusif. Pour certains c’est un simple jeu superficiel, une mode, pour d’autres, une vraie vocation. A notre époque, il est en tout cas assez facile d’observer ce mouvement concret dans le nouveau féminisme perverti de notre siècle à l’amorce du 3ème millénaire.

 

Pour mieux comprendre comment on a cherché à « infiltrer » le christianisme de valeurs talmudiques, on regardera avec profit cette vidéo nous expliquant comment toute la Franc Maçonnerie a pour base la cabale juive. Là où nous avions auparavant d’un côté l’église chrétienne, et de l’autre, la Franc Maçonnerie, cette séparation apparente n’a eu pour fin que de pervertir l’authentique christianisme d’origine. On peut considérer en effet que les agents de cette « confusion » sont semblables aux pharisiens auxquels, déjà, en son temps, Jesus s’en prenait.

 

Le « génie français » de Victor Hugo l’avait confusément (ou bien poétiquement) compris dans « la Fin de Satan » lorsqu’il s’en prend à Lilith pour achever Satan en réalité… Quoi qu’il en soit, lire les auteurs du passé nous instruit surtout le fait que « rien de nouveau sous le soleil » (à par moi, peut être) puisqu’on parlait déjà au début du XXème des pratiques satanistes de certains artistes de Montparnasse. Et je n’ai pourtant pas tout lu, mais plus le temps passe, plus on comprend Baudelaire nous disant : « la plus grande ruse du diable est de faire croire qu’il n’existe pas ». Quoi qu’il en soit, lorsqu’on apprend grâce à ceux qui enquêtent sur l’affaire Epstein que les enfants voués au sacrifice à Satan sont transportés par le réseau très confidentiel du transport d’oeuvre d’art d’un continent à l’autre, on se dit alors que ça ne doit pas dater d’hier.

 

On notera que c’est bien par le vecteur de l’ésotérisme franc maçon, et notamment donc via l’astrologie telle que l’enseignait Joëlle de Gravelaine, que s’est propagé ce mythe de Lilith que j’ai largement interrogé, et cela, depuis des années… Etant de la génération suivante, c’est à dire post féminisme, justement, ses propos me paraissaient tout bonnement dépassés et ne faire que refléter une misogynie antérieure selon moi. En effet, on ne peut nier que la France catholique n’a eu de cesse d’inférioriser la femme et tenir un discours des plus méprisants à son sujet, jusqu’à douter qu’elles aient une âme (ce qui à l’époque revenait à la comparer à un animal qui ne serait que l’élément constitutif du cheptel de l’homme, dont « le troupeau » était l’ancienne richesse).

 

Le féminisme de la génération de ma mère, post guerre mondiale, avait été notamment justifié par le fait que de nombreuses femmes s’étaient trouvées célibataires, leurs hommes étant morts à la guerre. Or, les fermes de la France agricole d’alors avaient encore besoin de bras pour continuer de tourner et nourrir la France. Je me souviens d’une discussion avec un jeune écrivain américain qui m’avait permis de distinguer très clairement le féminisme manipulé des USA, du féminisme français : les causes et les raisons n’étaient en rien comparables. Le féminisme français apparaissaient non pas comme une « révolte » mais bien plutôt comme : une nécessité. J’ai noté d’ailleurs la confusion que font certains hommes entre la « libération sexuelle » et le féminisme, ce qui en dit long sur leur façon de considérer les femmes. Certes, privées de mari, elles étaient de ce fait plus accessibles à leur concupiscence et c’est bien tout ce qu’ils ont compris.

 

En évoluant, j’ai pu de plus me comparer à certaines femmes devenues elles aussi misogynes, pratiquant en somme le dégoût d’elles-mêmes, pour avoir intégré cette infériorisation et continuer de ce fait à se considérer comme subsidiaire à l’homme vu comme « statut social », « gagne pain » ou « porte-feuille ». En effet, les femmes de cette époque n’avaient d’autre statut que le mariage à un homme qui voulait bien leur conférer. La femme restée célibataire était au mieux nonne, au pire « vieille fille » à 30 ans, et en dernier ressort : femme publique livrée à la concupiscence de tous puisqu’il était hors de question pour elle de traîner dans la rue passée une certaine heure sans être suspectée de « racollage » et donc de prostitution. Les plus malines ont fait avec leur époque, profitant des hommes comme « cocotte », préférant ce statut à celui de l’esclavage de la femme mariée. Il faut lire à ce sujet, comme je l’ai fait, les archives de l’ancienne brigade des mœurs (reconvertie en  « brigade des stupéfiants ») qui notaient tout. Je souligne d’ailleurs qu’il me semble qu’à l’époque on ne parlait pas de pédocriminalité, mais les rapports de cette brigade sur certains noms célèbres du tout Paris, on se contentait de dire : « mange ses excréments ». C’est instructif et apparaît peut être comme « une image » pour parler de pédophilie, si l’on prend pour une merde l’enfant d’un pédophile.

 

Il y a beaucoup de raison au fait que je n’ai jamais partagé cette vision féminine, mais il me semble que la principale tient à mon hérédité bigoudène. En effet, le peuple celte n’a jamais infériorisé les femmes qui ont toujours été considérées comme les égales de l’homme. Et les femmes bigoudènes sont réputées être des femmes de caractère. Ce qui s’explique notamment par l’historique « Révolte des Bonnets Rouge » où Rome a voulu imposer sa loi aux bretonnes ! Depuis lors, elles ont arboré leur coiffe typique que l’on peut voir d’ailleurs comme « un doigt d’honneur » éternel à l’adresse du Vatican. Mais aussi comme le lieu du cakra coronal ainsi souligné comme « un contact direct » avec le divin n’ayant guère besoin de leur intermédiaire.

 

J’ai donc rappelé l’existence d’un « christianisme celtique »

(https://fr.wikipedia.org/wiki/Christianisme_celtique) Les celtes ayant sans doute été parmi les premiers à être christianisés. Et la « légende de Dahu » dont on entend parler à Douarnenez l’évoque aussi. Comme j’ai toujours eu pour principe d'être « fidèle à ma légende » c’est à celle-ci que je dois une meilleure compréhension de mon propre parcours, Douarnenez étant le lieu de la légendaire « Ville d’Ys ».

 

En outre, étant née à Paris, j’ai toujours vu les bretons dont on connaît la tendance à l’alcoolisme comme « les amérindiens d’Europe » dont on a détruit la culture. Il faut rappeler qu’on leur refusait l’usage de leur propre langue à l’école républicaine. Entendez-vous encore parler de culture celte ? A part par quelques franc maçons pervertis se voulant druides ?

 

J’avais noté que l’on trouve pas mal d’auteurs bretons dans l’astrologie et si l’on s’intéresse aux sources celtes de l’astrologie, il n’est pas du tout dit qu’ils aient emprunté ce savoir aux chaldéens ou même aux grecs et aux arabes. Ceci resterait à explorer, d’ailleurs, car on le voit évoquer avec la découverte du disque de Nebra dont j'ai déjà parlé. Ces pistes de recherche me semblent préférables au discours d’un Bourriche pseudo-conspirationniste reprenant les thèses d’un Jacques Dorsan que j’ai lu très jeune dans les années 80. Pour un astrologue authentique, ce livre n’a strictement rien de convaincant s’il maîtrise sa pratique ! Au mieux, cela pourra convaincre ceux qui ne connaissent rien de l’astrologie et se laisseront abuser par un prétendu conspirationnisme qui ne fait que surfer sur la mode actuelle et s’avère donc plus opportuniste qu’honnête.

 

J’ai déjà souligné qu’être astrologue français conduit naturellement au conspirationnisme puisqu’il nous faut comprendre, si l’on s’interroge, comment notre discipline s’est trouvée dévoyée tandis qu’elle était l’apanage des brillants scientifiques de l’histoire et notamment de la France royale ? Avant même de m’interroger sur Lilith, c’est la question que j’ai cherché à éclairer.

 

Il faut quoi qu’il en soit bien comprendre qu’avant même de s’en prendre à « la nouvelle terre » d’Amérique on s’en était donc pris au « Finistère breton » ponctuant le territoire européen. Le « colonialisme culturel » a commencé en Europe, peut être même avant l’Afrique. Revisitant le passé et nos racines, il convient donc de s’en souvenir.

 

LE DOGME ANTI-RÉINCARNATION DES FRANC MAÇONS

Ceci permettra de comprendre aussi pourquoi maintenant je distingue « les astrologues libres », des astrologues franc maçons qui m’attaquent sournoisement depuis un certain temps puisque j’enseigne la réincarnation tandis qu’ils semblent avoir pour mission de nier cette dernière, dans la droite ligne des religions patriarcales à l’origine de cette franc maçonnerie et ayant donc vocation à en préserver le dogme pour mieux les détruire, quoi qu’ils en disent.

 

J’ai en effet enfin compris « pourquoi tant de haine ?» tandis que mon intention a toujours été d’éclairer l’astrologue dans sa pratique. L’Angletterre étant d’ailleurs à la source de cette organisation secrète, on ne s’étonnera pas non plus de voir certains, au lieu de progresser vers l’astrologie occidentale évoluée que j’enseigne, bifurquer sur une astrologie indienne sidéraliste promue par le monde anglo-saxon étant donné que l’anglais est la langue majoritaire en Inde, laquelle fut une ancienne colonnie anglaise. Idem pour ceux qui lui préfèrent l’astrologie chinoise, d’ailleurs. Je fais moi-même des emprunts à cette dernière pour des prévisions annuelles mais en rappelant bien que maîtriser cette forme d’astrologie exigerait sinon, d’oublier l’occidentale pour recevoir une toute autre formation, son système étant tout autre. L’observateur attentif que je suis remarque, quoi qu’il en soit, « un courant » émanant de la franc maçonnerie visant à nous éloigner de nos vraies racines culturelles d’occidentaux. En tant qu'astrologue-auteur, je ne me suis pas prêtée à ce jeu tout en m’instruisant pourtant de sources culturelles exotiques.

 

Mais enseigner le karma c’est rappeler cette vérité : un arbre de vérité ne peut croître que sur ses propres racines et non en s’égarant dans de douteux branchages comme un singe perdu de la savane.

 

Car si on vous pousse vers l’astrologie indienne, ceci ne veut en rien dire que cette astrologie est plus pertinente à notre époque, bien au contraire. On y trouve les mêmes archaïsmes que j’avais notés dans notre astrologie traditionnelle poussiéreuse et la même philosophie erronée. Il faut donc repérer et identifier la doctrine franc maçonne dès que la réincarnation est niée. On voit cela même dans l’astrologie tibétaine d’un certain M. Cornu qui tout en se disant bouddhiste prétendrait que la réincarnation n’existe pas dans le bouddhisme tandis que la réalité est que cette doctrine est au contraire très répandue dans les pays de tradition bouddhiste ! Cherchez l’erreur...

 

C’est aussi le cas d’un Guénon qui s’en était pris aux théosophes pour ramener les brebis égarées du christianisme à l’islam soufi ! Bref, tout semble mieux valoir et être préférable à leurs yeux qu’un christianisme revenant à son origine inspirée par Platon ! Même la page wikipédia sur le christianisme celte avoue ne pas bien en sonder les origines, mais on le comprendra peut être mieux en rappelant que Bretons comme Anglais étaient de grands navigateurs et par conséquent, pas les derniers à recevoir des influences étrangères. Or, c’est pour ma part à nos philosophes grecques et à nos premiers chrétiens que je me réfère, car là sont nos vraies sources traditionnelles (faute de sources celtes, premiers dominés par les romains).

 

Je n’étais pas en guerre personnellement contre ces gens, mais force est de constater que eux ont clairement entrepris de me dénigrer, moi et mon travail (le troll n’est qu’un de leur avatar). J’invite donc la jeune femme Franc maçon qui m’a interrogée sur ma position claire à l’égard de la franc maçonnerie -et prétendant que c’est sa maître qui lui a fait connaître mes livres- à s’instruire de ce que je dis ici car s’il y a de l’ordre à mettre dans le monde astrologique c’est bien à ce sujet. J’ai pris du temps à le comprendre, mais c’est à présent pour moi tout à fait clair.

 

Et je rappelle qu’il est à mon sens de chrétienne impossible d’évoluer vers une quelconque « libération » en s’inféodant à une franc maçonnerie qui dès la première initiation vous invite à vous bander les yeux ! Un chrétien soucieux de vérité exige tout à l’inverse la parfaite lumière sur le chemin qu’on lui demande de suivre ! Evoquant « les yeux bandés » je pense d’ailleurs à la chanson de Jean Patrick Capdevielle datant de 1980… Les chanteurs sont bien souvent à mes yeux « la voix des anges » et l’expression de leur « choeur »...

 

 

Lilith VS Lune Noire

Inversée elle est le pendant de Saturne « dévoreur d’enfants » et prend parfois le nom d’Hécate :

 

 

Cette vidéo nous confirme une Franc Maçonnerie indubitablement juive, ou plutôt « pharisienne »

 

Un chrétien interroge le mythe de Lilith comme première femme d’Adam. J’ai toujours eu une préférence pour les chrétiens noirs africains car, à la différence des blancs, ils n’ont pas perdu le sens d’une certaine « magie » que notre endoctrinement rationnel-matérialiste a voulu évincer de la compréhension du divin. Par conséquent, je les trouve souvent plus près du véritable message du Christ.

 

En espagnol légende de Lilith : première succube générant des démons

 

Le troll pour me calomnier prétendant que je suis psychopathe, folle et dangereuse, je lui ai confirmé que oui, j’étais dangereuse, surtout pour les imbéciles ! Parce qu’une petite-fille de bigoudène : ça décoiffe ! Au moins aussi dangereuse qu’un petit-fils de bigouden comme Kerviel perdu dans l’obscurité des salles de marché de la haute finance ! C’est pas qu’on soit nationaliste, c’est plutôt qu’on est chauvin, pour le bigouden, à 60 km de Pont L’abbé, on est déjà un émigré. Il n’y a guère que par la navigation qu’ils ont vu bien du pays en rappelant que la ville de Lorient fut une des premiers comptoirs français à l’époque où naissait le commerce maritime.

 

Danger bigoude ne

 

ENCORE UNE JOLIE CHANSON INSPIRANTE POUR CE CONFINEMENT... "L'AUTRE FINISTÈRE"... Aimons nous masqués, mais pas trop quand même ... Je vous raconterai peut être un jour comment j'ai appris que le fleuve Amour, de l'autre côté du continent se traduit en "Dragon Rouge" dont j'ai su ensuite qu'il s'agissait d'un livre de sorcellerie...