Rabelais

NOSTRADAMUS : ASTROLOGUE OU CABALISTE ?

 

 

NOSTRADAMUS PROPHÈTE : ASTROLOGUE OU CABALISTE ?

Les initiés parlent aux initiés…

 

 

CULTURE D’ASTROLOGUE

Je rappelle à mes élèves la nécessité de « développer sa culture d’astrologue », qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire s’intéresser à la culture ésotérique et à l’histoire de l’astrologie afin de resituer l’apprentissage acquis dans mon école, dans l’ensemble de la pratique astrologique et de son histoire. Il n’a jamais été question pour moi, en effet, de « fond de commerce » ou bien « de chapelle » mais bien plutôt de « perfectionner » et « rénover » la connaissance reçue en héritage ainsi que l’ont fait mes prédécesseurs car c’est ainsi que la science évolue.

 

Je précise cela car j’ai eu un jeune étudiant pour me dire : « Bien, si dans votre méthode, vous n’utilisez plus les anciens maîtres planétaires, inutile de les enseigner, non ? » Et bien non lui ai-je répondu car quand bien même il s’agirait de « rénover » notre connaissance, il n’est pas question d’en oublier la source. C’est ainsi que je présente la formation de l’école : « respectueuse de la Tradition » dans ses fondements les plus « solides » ce qui n’empêche pas de se rappeler que les planètes dites « lourdes » ou « transaturniennes » n’ont été découvertes qu’au 18ème siècle. Elles sont donc très récentes au regard de l’ancienneté de notre connaissance.

 

Se former à mon école consiste donc à acquérir « une méthode fiable »  et surtout : applicable à tous les cas de façon rigoureuse, mais cela ne veut pas dire devenir amnésique sur ce qui a fait l’ancienne astrologie. Je rappelle qu’avant d’écrire mes ouvrages, je me suis formée à l’astrologie traditionnelle et en ai testé les diverses techniques avant que de pouvoir juger à la pratique de leur inutilité. Je ne demande donc pas aux élèves de refaire le chemin que j’ai fait puisque s’inscrire à mes cours a notamment pour fin de leur faire gagner du temps en bénéficiant de mon expérience, mais ils se doivent de lire et de se cultiver en parallèle de la formation. Mes articles sont notamment là pour ça : compléter la formation « pratique ».

 

 

L’EXEMPLE DE NOSTRADAMUS

Pour mieux comprendre pourquoi il convient de « développer sa culture d’astrologue » je vais revenir sur le cas de Nostradamus considéré comme « prophète » bien plus que comme astrologue. Une vidéo ci-dessous permettra de mieux connaître son parcours et il y est souligné que ce sont ses études de médecine qui l’ont conduit à l’apprentissage de l’astrologie, comme il était de tradition à son époque. Je rappelle qu’Hipocrate disait : « nul ne peut se dire médecin s’il ignore l’astrologie ». Et c’est en référence à ce dernier que les médecins font leur serment. Signe de la décadence de notre époque, non seulement les médecins sont quasiment devenus de simples « commerciaux » surtout chargés de vendre des médicaments, mais j’ai appris récemment qu’on ne leur demandait même plus de faire le serment d’Hippocrate ! Ici, la tradition apparaît donc tout à fait : morte. Elle ne survit donc que par ceux qui ont la connaissance ésotérique.

 

Je rappelle et souligne en rouge ces choses, car ne pas savoir ni d’où, ni de qui, nous viennent les choses est la pire des ignorances. Or, le système actuel s’emploie à former de tels individus afin d’en faire de simples « employés » obéissants bientôt remplacés par l’intelligence artificielle.

 

 

ELEVATION DU NIVEAU DE CONSCIENCE

Je suis tout à fait contre l’esprit régnant à notre époque, et promu par la franc maçonnerie, qui voudrait que nous soyons tous égaux. Ceci est même contraire à une logique karmique qui bien au contraire, nous explique les inégalités comme conséquence karmique des vies passées. Il est bien évident que la réincarnation d’une personne n’ayant reçu aucune éducation ni enseignement dans une vie passée ne pourra donner une personne brillante dans son parcours scolaire puisque outre d’éventuels handicaps, pour elle, devoir apprendre sera tout nouveau. Il est faux dans ce cas de dire qu’elle est stupide, il est vrai de dire que l’apprentissage étant nouveau pour elle, il sera plus difficile à intégrer.

 

Ces inégalités sont donc évidentes et c’est le karma qui nous explique d’apparentes injustices.

 

Que la république veuille des citoyens « égaux en droit », c’est autre chose. Mais ce n’est vrai que sur le papier, si on veut bien se frotter à la réalité pour mettre cette affirmation à l’épreuve.

 

On verra donc avec Nostradamus (voir carte plus bas) que sa connaissance astrologique, seule, ne suffisait pas à en faire un prophète. Elle était importante dans sa formation, mais il a été bien plus loin dans le développement de son potentiel et de ses capacités.

 

Il est donc bien dit dans ces vidéos que c’est celui qui « reçoit l’inspiration divine » qui peut atteindre ce niveau de précision. Encore que la plupart de ses centuries étant très obscures, on constatera que chacun pourra y comprendre plus ou moins ce qu’il veut, sauf à avoir « les clés » pour comprendre.

 

Et ces clés sont « symboliques ». Elles consistent notamment à connaître l’astrologie en ce qu’il y fait de nombreuses allusions de par sa formation. C’est donc pour lui « une langue » avec laquelle il s’exprime en plus de sa hauteur de vue lui permettant de sonder l’avenir.

 

 

L’INITIÉ A PARLÉ À L’INITIÉE

Je me suis de longue date intéressée aux prophéties et bien sûr à l’Apocalypse de Saint Jean, qui peut être considérée comme « notre patrimoine culturel » de civilisation chrétienne. J’ai pour cela rappelé l’importance d’approfondir sa propre culture, plutôt que d’aller chercher au Tibet ou en Inde ce qui relèverait de notre karma. Si notre époque a la chance de bénéficier de différentes sources culturelles, il n’en reste pas moins qu’étant né français, notre karma y est relatif, sauf exception généralement indiquée dans l’étude karmique. Nous sommes, nous français, issus d’une culture judéo-chrétienne. Et le judaïsme authentique enseigne la réincarnation.

 

Les antisémites auront beau démentir le « judéo » pour ne se dire que chrétien, cela relèverait d’une même « censure » visant à rayer du passé toute l’influence du judaïsme, notamment sur notre ésotérisme ! Ce qui serait donc : une contre-vérité historique. On sait l’apport des juifs et des arabes sur notre culture, notamment depuis la renaissance et après les croisades.

 

Tout un courant du côté de l’extrême droite essaie en effet de revaloriser « la france chrétienne », mais surtout catholique, pour mettre la faute de notre décadence sur les juifs. Je rappelle simplement que quand bien même on les verrait comme « corrupteurs » de l’esprit chrétien, c’est au chrétien à ne pas se laisser corrompre ! S’il le fait, ce n’est pas la faute du juif, mais bel et bien du chrétien ! Un peu facile donc de dire : tout est de la faute du juif. Tout chrétien reçoit un enseignement selon lequel il existe « un tentateur », « un menteur », etc : donc, s’il est chrétien, c’est à lui de s’en préserver. Personne ne pourra le faire à sa place et personne ne sera ni damné, ni sauvé à sa place ! Ceci pour tout dire est une question éminemment personnelle. Il n’en reste pas moins que le christianisme n’existerait pas s’il n’avait été précédé du judaïsme. On parle du schisme « protestant» mais Jesus peut être vu comme une personnalité schismatique au sein du judaïsme.

 

 

REVENONS A NOSTRADAMUS

Ce qu’il importe de rappeler au sujet de Nostradamus, c’est effectivement ses racines juives espagnoles et sa connaissance de la cabale. C’est donc ce que l’on appelle « un maranne » soit : un juif converti au christianisme. A l’époque de Pic de la Mirandole, philosophe, on enseignait la nécessité de connaître et l’astrologie et la cabale pour « s’approcher de dieu ». Il n’était donc ni seulement astrologue, ni seulement médecin : il avait atteint un haut niveau de conscience.

 

La centurie ci-dessous est la seule où il situe une date précise. Or, c’est en 1999 que j’ai pour ma part vécu l’éveil de kundalini, à l’occasion de mon retour des nœuds lunaires. J’ai donc eu comme le sentiment que c’est à moi que parlait Nostradamus, en rappelant que son nom latinisé veut dire : Notre Dame. Est-ce un hasard ?

Est-ce un hasard encore si je découvre après avoir appris l’espagnol que mon patronyme d’origine bretonne, s’il est inversé donne : « Luz ra (l) » soit « lumière Ra » (le dieu Soleil d’Egypte), tandis que je reste convaincue que Moïse a volé des secrets egyptiens ? Et que j'ai toujours été interpelée que les allemands disent "la soleil" et "le lune" sans jamais en avoir eu l'explications (ni l'avoir vraiment cherchée, il faut le dire).

 

Bien sûr que cette centurie bien que datée clairement reste mystérieuse concernant « le grand Roy d’effrayeur » venu du ciel ! Mais, si on se replace dans le contexte du passage de l’an 2000 où l’on craignait «le fameux bug », en même temps que Paco Rabanne nous annonçait qu’un satellite allait tomber du ciel, on peut voir la « la peur millénariste » qui a marqué ce franchissement du 3ème millénaire. Pour certains, la peur d’un cataclysme de forte ampleur était bien là, même si elle avait été malignement repoussée à 2012 où l’on nous promettait « la vraie » fin du monde (vu qu’elle n’avait pas eu lieu en 2000, mais « l’attente » et « la peur » restaient un sujet « exploitable »).

 

En vérité, bien malin celui qui peut interpréter « avant » les centuries de Nostradamus. La plupart du temps et comme toujours : ce sont des interprétations a posteriori. C’est à dire qu’ils vont chercher ce qui justifie un événement passé dans l’une ou l’autre centurie qui paraît « coller ».

 

Dans le documentaire de la vidéo (intitulé « religion et spiritualité ») on verra que le commentateur interprète « Avant après, Mars régner par bon heur » par : « après et avant il y aura la guerre ! » Il fait cela sans aucune précaution oratoire précisant qu’il ne s’agit là : que d’une interprétation ! C’est bien ainsi que font les charlatans « vendeurs d’avenir ».

 

Vivant à l’époque, ma propre « apocalypse » c’est à dire : révélation, j’ai su qu’il ne se passerait strictement rien. Que Nostradamus ne faisait : que donner une date. Car lorsqu’il dit « avant après, Mars régner par bon heur », cela veut simplement dire que Mars (*) était dans le signe qui lui était dévolu, selon les anciennes maîtrises, c’est à dire : le Scorpion. Il ne faisait donc que préciser la date en donnant une position planétaire. On dit « régner par bon heur » parce qu’il est « en domicile », ce que seul un astrologue ayant acquis « le jargon » de la tradition peut savoir. C’est donc la raison pour laquelle il importe de conserver les anciennes maîtrises. Même si elles ne sont plus importantes dans la pratique de ma méthode, au plan de la compréhension des anciens textes : elles restent importantes.

 

L'an mil neuf cens nonante neuf sept mois,
Du ciel viendra un grand Roy d'effrayeur,
Ressusciter le grand Roy d'Angolmois,
Avant apres, Mars regner par bon heur.
Centurie 10 quatrain 72

 

 

NOSTRADAMUS ET MOI

La question était pour moi ? Mais comment a-t’il pu savoir ce que j’allais vivre ? Il faut se verser dans les arcanes de l’Apocalypse et approfondir ses connaissances en ces sujets pour en avoir idée.

 

Autre sujet de « frayeur » à l’époque, c’était l’annonce de l’éclipse du 11 août. J’ai à cette occasion été en Altaï pour rencontrer un chaman (un vrai) dans ses hauteurs, à la frontière de la Chine et de la Mongolie. Ceci pour avoir l’explication du pourquoi des gants de chaman à 6 doigts. J’avais appris cela en m’ouvrant à la culture chamanique Finno-hougrienne  et je voulais en savoir plus dans la mesure où j’étais née avec 6 doigts. Selon ce chaman, partageant cette culture chamanique qui, selon Mircea Eliade, a ses sources en russie et en Sibérie, ceux qui naissent avec 6 doigts ne sont pas vraiment chaman au sens de « guérisseur ». Ce sont ceux qui ont droit de « lire et écrire » les livres sacrés (et ont donc la faculté a priori de les comprendre sans erreur d’interprétation).

 

Lors de ce voyage, j’étais accompagnée d’une amie russophone et d’une traductrice, mais pour échanger avec le chaman, il nous a fallu un traducteur du russe à la lanque Altaï car c’est une toute autre langue qui y est parlé. Dans cette dernière, on claque beaucoup la langue. Il est donc facile de juger, même si l’on y comprend rien, que ça n’a rien à voir avec le russe. De façon générale, on croise beaucoup plus de culture bouddhiste que chrétienne dans ces hauteurs montagneuses et le type dominant est plutôt asiatique bien qu’aussi européen. J’ai d’ailleurs rappelé que sans le savoir, j’étais arrivée proche de la maison de Nicolas Roërich, peintre spiritualiste ayant créé avec sa femme le mouvement « agni yoga » dans la mouvance théosophique.

 

Un de nos guides, Slava, m’a longuement raconté comment ceux qui naissaient avec 6 doigts (aux pieds ou aux mains, indifféremment) étaient, selon leur tradition, les seuls à pouvoir retrouver le livre du chaman précédent grâce à ce « don ». Car le chaman prend des notes durant toute sa vie et abandonne ce livre dans la nature jusqu’à ce que son successeur le retrouve car il est « guidé » pour ça et pour reprendre « cette charge spirituelle ».

 

Plus que tout autre « diplôme » d’ailleurs inexistant en la matière, c’est donc cette particularité qui « m’autorise » à faire évoluer l’astrologie tout en respectant la Tradition. Car ce respect est indispensable pour se dire astrologue. On ne peut être un véritable astrologue sans conscience du caractère sacré de cette connaissance et du respect que l’on doit avoir pour les anciens qui nous l’ont transmises. Et bien sûr, pour le maître qui nous l’a enseignée.

 

 

RABELAIS ET MOI

Ce qu’il convient de savoir d’ailleurs, c’est que je me suis toujours davantage référé à un Rabelais qui était contemporain de Nostradamus et a lui aussi étudié la médecine. C’est même devenu une habitude pour moi, tant il est important de le rappeler à notre époque que de citer son « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

 

Mais on apprendra ici (puisque la vidéo ci-dessous omet de parler de lui) que déjà Rabelais se moquait des prétentions à « prédire » d’un astrologue comme Nostradamus. Ceci donc pour rappeler une énième fois que « le débat » qui oppose les astrologues « prédictionnistes » à ceux enseignant qu’elle sert avant toute chose à cheminer dans la connaissance de soi et la pratique médicale, ne date pas d’hier. Il opposait déjà Rabelais à l’ambitieux Nostradamus. En rappelant que ce dernier avait été appelé à la cour de Catherine de Médicis.

 

 

LES PROPHÉTIES EN QUESTION

Si l’on regarde la 2ème vidéo à la minute 45, on apprend que Goebbels avait retrouvé grâce à sa femme les textes de Nostradamus tombés en désuétude. On verra qu’alors, en bon « propagandiste » il a immédiatement vu l’intérêt qu’il y avait à les récupérer pour leur faire dire ce qu’ils voulaient bien qu’on croit. Ainsi, le succès du 3ème reich aurait été annoncé par le grand prophète Nostradamus. De quoi convaincre non ?

 

Cette « usurpation prophétique » porte un nom : on appelle cela « la prophétie noire » car c’est une vile récupération politique bien plus qu’une quelconque « inspiration divine ».

 

Du haut de notre époque plus « rationnelle » on peut comprendre que les hommes aient besoin du cadre rassurant des prophéties. Mais comme toujours, cette « rassurance » peut vite devenir : une limitation.

 

S’il existe un réel débat sur « un avenir préécrit » auquel croient certains traditionnalistes et « un avenir à écrire » auquel croit davantage le philosophe, la question n’est toujours pas réglée et le débat reste ouvert entre astrologues. De mon point de vue, il dépend de la maturité spirituelle de l’individu.

 

Un enfant aura un avenir tout tracé parce qu’il dépend de ses parents. Un adulte, lui, aura son avenir à écrire par lui-même. De la même façon un être immature aura besoin de croire qu’une « autorité » aura écrit son destin. Un être mentalement adulte, lui, sera conscient que c’est à lui de faire en sorte que ses projets avancent. Il n’attend pas qu’une autorité quelconque fasse quelque chose pour lui comme le font ceux qui attendent « ce qui va leur arriver ».

 

Pour avoir pu valider mes propres livres dans le temps, je peux dire qu’ils sont le fruit d’une bonne maîtrise de la symbolique astrologique, de sa méthode, d’une part mais aussi : de l’inspiration divine. Je ne m’épaterai pas moi-même sinon ! Si j’étais entièrement et seulement l’auteur, je veux dire. Donc, quelque chose a « soufflé sur ma plume » et je dirai que c’est : l’Esprit. Ma poésie, de même, s’est bien souvent révélée « pré-consciente ».

 

Concernant la question de la prédiction de l’avenir, j’aime bien me référer à cette phrase si juste à mon sens : « ce que tu fais devient une habitude, une habitude devient un caractère et un caractère forge un destin ».

 

Ceci me paraît clore le débat et rappeler donc que pour connaître notre avenir, il convient de se connaître et se maîtriser tout d’abord. Dès lors, on peut se dire « maître à bord » sinon, on reste le jouet des aléas et des impondérables qui, eux, ne nous appartiennent pas.

 

C’est ce qui explique qu’à mon avis, un astrologue « mature » s’intéresse davantage à enseigner la connaissance de soi, que celle d’un « avenir pré-écrit » auquel on ne pourrait rien, comme l’a intelligemment rappelé Alan Leo, soulignant que si prédire l’avenir était le but de l’étude astrologique, ce but serait bien vain et inutile.

 

 

LA QUESTION EST PHILOSOPHIQUE

Elle se résume par cette phrase : « le sage gouverne les astres » ce qui veut dire qu’il n’est plus gouverné par eux parce qu’il est devenu : CONSCIENT. Il peut par conséquent prétendre gouverner sa barque en habile navigateur sachant utiliser les vents et orienter ses voiles, tout en se guidant selon les étoiles. Il ne le peut que parce qu’il est conscient tout à la fois de lui-même et des influences reçues. C’est la conjugaison de ces deux connaissances qui lui accorde la maîtrise de son destin.

 

A l’inverse, « les croyants » plutôt que « les connaissants » ont besoin de croire qu’on a écrit leur destin et qu’ils n’ont plus qu’à suivre les pointillés et les indications. Voilà bien l’héritage d’une religion ayant encouragé la croyance plutôt que la connaissance.

 

Dans le meilleur des cas, la religion servira à l’homme à se parfaire dans son humanité en vivant « dans la crainte de dieu » et donc en devenant un homme meilleur. Les qualités humaines ainsi acquises lui permettront ensuite d’avancer avec sûreté dans une connaissance plus approfondie « du mystère ». C’est ce qui distingue « le religieux » du « spirituel », ou encore la part « exotérique de la religion » (réservée au profane) et la part « ésotérique » à laquelle s’intéressera l’initié ayant fait « ses humanités ».

 

Car oui, je le rappelle, tant que l’homme n’est pas « parfait » en son humanité, il n’aura que trop tendance à dévier voire dévoyer la connaissance selon ses imperfections égotiques.

 

Afin d’avoir une meilleure connaissance du sujet « Nostradamus », je publie ici la conférence de Michel Deseille, honnête homme contribuant à dispenser la connaissance ésotérique au profane et ce, je façon « juste » en général. Il fait là, avec d’autres, une tâche à mon avis importante à notre époque où l’on entend dire tout et n’importe quoi sur ces questions. Surtout ceux sous influence catholique pour qui bien souvent ces domaines continuent de « sentir le souffre » alors que cette connaissance en réalité leur manque pour bien comprendre leur présent, sans jugement à l’emporte pièce comme on le voit trop souvent.

 

Voilà donc 2 vidéos à regarder plutôt que regarder les médiamenteurs. Grâce à internet, il est devenu très facile de se cultiver et s’enrichir intellectuellement plutôt que de céder à l’abrutissement général. Il est donc à mon sens très coupable de ne pas en profiter et de suivre le guide que je suis pour orienter vers des publications de qualité et de la « bonne vulgarisation ». Je regarde en général toujours les vidéos avant afin de m’assurer qu’on y dit pas n’importe quoi et en faire mon commentaire si tel n’est pas le cas.

 

https://www.actualitte.com/article/culture-arts-lettres/de-rabelais-a-nostradamus-l-art-divinatoire-en-question/83815

 

 

 

A la minute 45 on parle de la récupération par les nazis

 

 

 

https://www.presses.ens.fr/autres-collections_11_cahiers-saulnier_divination-et-controverse-religieuse-en-france-_2-85929-028-1.html

 

(*) A propos de Mars, sachant sa connaissance cabalistique, il faut connaître le lien entre la planète Mars et Samaël, chef des démons, époux de Lilith la démone. Cela apporte un autre éclairage qui expliquera sans doute sa vision peu euphorique de l’avenir de l’humanité qu’il voit finir dans un cataclysme, tandis qu'Enoch n'a de cesse de nous mettre en garde contre cette éventualité.

 

http://lagrangeducherchant.over-blog.com/article-samael-prince-des-anges-dechus-69675340.html

 

 

Ici, un père exorciste de Lyon le dit bien : les démons n'ont que le pouvoir que vous leur accordez. Il le rappelle : il ne peut rien faire sans que vous lui donniez votre consentement.

 

J'en profite que rappeler que là est bien la raison des mensonges médiatiques : dans l'ignorance, vous donnez votre consentement à ce que vous refuseriez si vous connaissiez réellement la situation.

 

D'où l'importance des sites de "ré-information" que l'on trouve sur internet et que la censure, après la calomnie, cherche à faire taire.

 

 

 

Nostradamus

 

CARTE ASTRALE DE NOSTRADAMUS, nous voyons que Pluton va bientôt transiter son Neptune régent karmique du Noeud Nord. On peut considérer ce Neptune comme "inspirateur" de ses prophéties puisque en maison XI... Mercure régent karmique du NS est rétrograde. Mars maître de l'ASC en Cancer aussi et conjoint à Saturne lui aussi rétrograde...

 

 

Rabelais

 

CARTE ASTRALE DE RABELAIS où l'on peut constater que le Saturne-Venus de ce dernier se pose sur le Neptune Régent Karmique Noeud Nord de Nostradamus. De quoi exiger plus de réalisme et de fiabilité dans les illusions que pouvait nourrir un Nostradamus, mais aussi ses "inspirations"...

 

 

HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE

On peut dire qu'en occident, il existe 2 courants d'idée forts ayant toujours opposé "les penseurs" : le courant platonicien héritier de Socrate et le courant artistotélicien à tendance "matérialiste". Un Steiner et d'autres courants philosophiques à tendance "spiritualiste" n'ignore donc pas la trame sous-jacente historique de ce débat mais on a tôt fait à présent de considérer pour "sectaire" ce qui n'est pas aligné sur la norme matérialiste désormais "dominante" (et pour cause, car promu par l'argent et donc par ceux qui en ont, bien plus que par les individus de "raison").

 

https://steiner-anthroposophie-nwo.blogspot.com/2016/02/76-de-zoroastre-platon-aux-sources-de.html