technodictature

UNE TECHNODICTATURE QUI AVANCE À GRAND PAS

 

UNE TECHNODICTATURE QUI AVANCE A GRAND PAS

Tandis que je me plaignais d'être la cible d'attaques de trolls et de calomnie, mais aussi d'un "effacement" pur et simple de mon oeuvre et de ma réputation sur Google, je tombe sur cet article corroborant cette impression diffuse qui concerne tout le monde.

 

Je viens même d'écrire à mon fournisseur de blog afin de savoir comment il se faisait que j'avais à présent tant de mal à publier un article, voyant sa publication "bloquée" sur une fonction et "une erreur" qui est de leur ressort et non du mien. Je leur demande donc s'ils se veulent "complices" de la technodictature auquel cas, il me faudra envisager de changer de fournisseur.

 

DES "alertes Google" devenues inutiles

Mais je venais de constater aussi que Google, qui propose "une alerte" sur les sujets qui nous intéressent ne renvoyait plus que sur les sites des "médiamenteurs" qui ont le toupet, de plus, de vous inviter à "les aider financièrement" alors qu'ils sont largement subventionnés. Quand ils ne donnent pas tout simplement un "accès payant" là où les sites de réinformations donnent gratuitement et généreusement leur publication à lire.

Seuls les sites de "réinformation" méritent vraiment votre aide financière dont ils ont besoin pour continuer leur travail, je le précise.

J'avais placé "une alerte" sur l'affaire Epstein mais j'ai le déplaisir que constater qu'elle ne renvoie plus que sur les grands titres de la presse officielle et non pas : TOUTES LES PUBLICATIONS DU WEB.

Idem pour ce qui concerne "une alerte" avec le mot "astrologie" : plus une seule publication d'astrologue indépendant, ça ne renvoie plus qu'à des rubriques à la mode de la presse officielle.

Quand à l'alerte avec mon nom : chaque nouvelle publication n'est qu'une énième arnaque ou un nouveau "parasitage commercial" collectant vos données en prétendant vous permettre de télécharger gratuitement mes livres. Quand ce ne sont des sites de voyance bidon.

 

C'ETAIT A PREVOIR

J'ai promis un article prochain sur le dark web car nous assistons à ce que beaucoup ont anticipé de longue date : "l'usage de la puissance technologique au détriment de la vérité". Il y a fort heureusement "des résistants" doués aussi de compétences informatiques et c'est sur eux que nous devrons compter à l'avenir. Pour ce qui est de ce que l'on appelle "les GAFA" : Google, Facebook et autres multinationales qui ne paient aucun impôt dans les pays pourtant "client", inutile de se faire d'illusion. Leur projet -qu'ils cachaient bien jusqu'à présent- est une emprise "mondiale" et le maintien de leur oligarchie et de sa propagande.

Il conviendra donc de les déserter comme nous avons déserté la télévision et la presse qui ne fait que mentir à ses lecteurs et spectateurs tout en les obligeant à payer. L'intérêt du web était en effet d'avoir accès à des sources d'information alternative, mais c'est de moins en moins le cas, comme je l'ai souligné déjà précédemment.

Du coup, le web perd tout son intérêt mais il y a une voie alternative et j'en parlerai dans un prochain article. Ce présent article n'est là que pour apporter confirmation à ce que j'ai dit précédemment et que viens de découvrir à ses dépends le site "BREIZH INFO" comme on peut le lire ici : https://www.breizh-info.com/2019/09/05/126073/censure-gafa-liberte-expression

Dans un prochain article, nous envisagerons la solution à ce problème...

 

© Laurence Larzul - le 9-9-19