LUNE NOIRE ET EVEIL SPIRITUEL

 

 

LUNE NOIRE ET ÉVEIL SPIRITUEL : UN ÉCHO DE LA PLEINE LUNE DE JUILLET 2019

 

Je faisais écho dans mon dernier article au climat détestable que sème un Eso Malice alias Philippe Cuq sur FB par son harcèlement incessant à ma personne via de faux profils sur ma page auteur notamment, mais aussi de nombreuses calomnies et mensonges que la justice appréciera sur foi des copies d’écran et du dossier constitué depuis notre plainte à FB en date de février dernier. Etant auteur de l’ouvrage « Comprendre la Lune Noire » paru pour la première foi en France en juin 1991, je soulignais les fausses informations d’un site comme wikipédia, notamment sur la chronologie des publications sur le sujet.

 

Le harcèlement de ce personnage étant quasi quotidien à présent et concernant plus particulièrement le monde astrologique, je tiens à préciser qu’en tant qu’astrologue française, je considère a priori, l’astrologie, comme je le rappelais encore récemment sur mon groupe, comme une discipline exprimant « la quintessence » d’une culture, son « fleuron » en tant qu’expression de sa tradition et donc de son âme. Concernant l’astrologie occidentale toutefois, on peut élargir cela à l’Europe et à l’occident dans son ensemble qui a vu naître l’astrologie karmique dans les années 80. Bien que je sois d’expression française, mes livres ont été fort bien accueuillis dans d’autres pays européens pour ceux qui sont francophones.

 

EVEIL SPIRITUEL ET CONSCIENCE POLITIQUE

Je croise ce matin une vidéo « constat » de la journée du 14 juillet en France d’un français moyen dont la chaîne youtube est intitulée « Jim l’éveilleur ». Il y dresse un constat lucide de la situation me semble-t’il. Ce constat me paraît bien en accord avec cette Pleine Lune en conjonction de Saturne au Noeud Sud. A l’heure même où j’écris, elle n’est pas encore précise, mais la Lune, elle, est précisément conjointe à Saturne, exprimant le « principe de réalité » en astrologie.

 

J’ai souligné dans mon ouvrage sur la Lune Noire la relation existant entre le glyphe de Saturne et celui de la Lune Noire, comme « inversion » exprimant une transcendance, mais encore faut-il dans cette finalité de « transcendance » regarder la réalité en face.

 

Or, à plusieurs reprise je me suis située clairement face à un discours new age entâché d’une fausse spiritualité et encourageant bien au contraire à la face obscure de la Lune Noire, à savoir : le déni et la fuite du réel. Ce déni porte en lui « une fatalité » dans la mesure où comme le rappelait C.G. Jung, ce qui est refoulé dans l’inconscient devient fatalité et resurgit donc sous forme de ce que l’homme moyen appelle « destin » ou encore, pour la vision karmique et réincarnationniste : karma.

 

Je ne peux à ce titre m’associer à « ce déni » qui irait à contrario d’une évolution souhaitable et souhaitée de « consciences souveraines » car oui, évoquer « une souveraineté » : c’est évoquer « une conscience » comme je le rappelais pour la Lune Noire « capable de parlementer » avec l’inconscient avec « un point de vue conscient et ferme ».

 

LES IDÉES SONT FAITES POUR ÊTRE VÉCUES disait Malraux

Je déplore que trop souvent en France on se « paie de mots » mais on opère peu de véritable prises de conscience, laquelle, en dernier ressort permettrait sinon de « poser des actes » en vue de solutions. Il est évident que sans prise de conscience des réalités, aucun acte adéquat ne peut être correctement posé.

 

Car ce que l’on appelle « les masses » en sociologie est vu d’un point de vue spirituel comme un ensemble d’inconscients que l’on manipule à loisir en encourageant ses illusions ou en attisant ses peurs, voire ses plus mauvais penchants.

 

Or, l’aptitude à voir les réalités en face a moins pour conséquence de créer des peurs, que de devenir conscient de la façon dont celles-ci nous font agir, pas toujours au mieux, il faut le dire.

 

SORTIR DE LA MASSE ET S'INDIVIDUER

En tant que Saturne inversé, j’ai fait valoir comme « le chemin » que trace la Lune Noire, exige une verticalisation et un « redressement’ que l’on peut apparenter à l’inversion que l’on voit dans la carte du Pendu dans le Tarot et signifiant non pas tant « le lâcher prise » qu’une capacité à regarder les choses d’un autre œil, d’un autre point de vue lié à un éveil de la conscience, justement. On parle de « renoncement » pour cette carte, mais ce dernier est lié à un point de vue plus conscient sur la réalité qui fait abandonner spontanément ce qui n’est plus utile à nos vues.

 

La Lune Noire suscite des crises existentielles précisément par les « mises à nu » qu’elle opère lors de ses transits dans les maisons de la carte du ciel que j’invite à observer lucidement et attentivement, même si cela peut s’avérer douloureux (pour l’ego, notamment). A l’occasion de cette Pleine Lune, Venus va s’opposer à Saturne et probablement s’attrister mais ensuite formera un trigone à Neptune de nature à lui présenter les choses d’un point de vue plus élevé et spirituel. Encore faudra-t’il qu’elle ait accepté ce face à face opposant « plaisir » (venus) et « réalité » (saturne). Car oui, la réalité actuelle pour les français est des plus déplaisante et doit être regardée en face.

 

A cette occasion, alors, il sera peut être possible de juger vraiment des possibilités du moment.

 

De ce point de vue, l’homme de cette vidéo me paraît bel et bien « éveilleur de conscience » dans la mesure où il fait un bilan lucide de la situation de la France à l’occasion de ce 14 juillet. Je la relaie donc car elle me paraît salutaire à une juste appréciation de LA REALITÉ FRANCAISE, à l’heure où tout se passe de façon sournoise et cachée puisque la censure ne cesse de s’imposer en France. Et l’agacement de cet homme exprime bien « une autre » réalité : celle des insultes à l’adresse de ceux qui « éveillent » tandis que peu de gens ou du moins pas suffisamment, acceptent d’ouvrir les yeux, préférant céder aux tendances conflictuelles egotiques attisées par des agents tel Eso Malice, de toute évidence payé pour créer ces conflits et provoquer des zizanies inutiles.

 

MISE EN LUMIÈRE

J’ai donc fait valoir dernièrement qu’il ne pouvait plus se cacher derrière l’anonymat qui lui permettait durant 3 ans de nuire impunément. Ce qui est tout à fait condamnable en justice. A l’heure qu’il est, au vu de la difficulté à lui faire « entendre raison » en arrêtant son cinéma, le sieur persiste dans son harcèlement et ses calomnies. A part un véritable psychopathe, qui serait ainsi sourd aux arguments de la justice et de la raison ?

 

C’est bien en cette surdité aux arguments de la raison, que l’on peut juger d’une psychopathologie. Tout être sensé, sinon, est guidé par la raison et non pas par l’hostilité. Quand bien même on aurait des raisons de nuire à quelqu’un, la raison nous commande de ne pas se mettre en conflit avec la loi. On appellera ça « la peur du gendarme » qui sert à certain de morale faute d’en avoir.

 

Le psychopathe, par définition, est « hors la loi » et donc dans la transgression de cette dernière. Voilà pourquoi il est donc « sourd aux arguments de la raison » étant donné que son comportement transgressif est par nature sans considération pour « la loi », laquelle est inexistante à ses yeux. On le qualifiera de « fou » car précisément, il ne semble obéir ni à aucune morale, ni à aucune loi, à la différence de la majorité des individus « raisonnables ».

 

REPTILIENS ET INVERTÉBRÉS

J’avais écrit un article face à cette mode de David Icke nous parlant « des reptiliens » pour en donner une interprétation plus spirituelle. En effet, si l’on prend en compte la base spirituelle de « la kundalini » figurée par un serpent lové au bas de la colonne vertébrale, on peut considérer qu’il existe un chemin involutif et un chemin évolutif à ce fameux « serpent ». J’avais rappelé que « l’ascension » dont les new ageux parlent à tort et à travers : doit se produire à l’intérieur de l’homme, via les divers cakras vu comme l’acquisition de facultés à sa disposition. Mais j’ai rappelé aussi que beaucoup, sous l’effet de l’ego, s’arrête au 3ème cakra pour satisfaire leurs désirs les plus bas, restant esclaves de ces derniers. Ici s’ouvre pour eux, un chemin plus involutif qu’évolutif, cela va de soi.

 

Dans le langage vulgaire, on parle « d’invertébrés» pour qualifier les individus sans droiture et donc, sans colonne vertébrale, justement. Je me souviens d’un repris de justice qui s’était lui-même défini pour tel alors qu’il avouait ses fautes dans une émission télé. Il avait pris conscience que son problème venait qu’il ne s’était pas « élevé » dans le « respect de la loi » (comme la loi de la gravitation mais aussi une loi d’ordre plus métaphysique : celle du karma). Ne pas s’élever à ce qui revient -à l’âge adulte- à un Saturne (responsable mais pas coupable), c’est continuer de vouloir satisfaire ses désirs infantiles et puériles, ce qui, bien entendu est : le contraire de la sagesse de Saturne.

 

Fin 2017, j’avais écrit une « ôde à Saturne » car bien des gens en nourrissent une mauvaise opinion, l’associant au « père fouettard ». Or, exprimant le « principe de réalité » il ne « punit » que celui qui ne veut ni la voir en face, ni la respecter. Le voir ainsi, c’est avoir un point de vue « mature » et non pas infantile attendant que papa vienne le gronder pour ses fautes. Ceux qui attendent cela sont encore au stade du « surmoi » et encore loin « du soi », donc.

 

S’il y a une notion de « châtiment » avec Saturne, elle ne concerne que ceux qui ne respectent pas la loi ou bien se montrent irresponsables. C’est : une loi. Il n’y a pas moyen, comme je le rappelais encore récemment d’échapper à « la loi du karma ». Elle a toujours et de tous temps rééquilibré les manquements des hommes, lequels, sinon, sont de nature à engendrer chaos et destruction.

 

DES LOIS PHYSIQUES MAIS AUSSI DES LOIS MÉTAPHYSIQUES

J’ai rappelé que le chrétien ne doit pas oublier que Jesus s’en était pris « aux docteurs de la loi » leur reprochant de ne pas donner « les vraies clés » au peuple pour leur salut. Je considère que l’église catholique a fait de même en niant la réincarnation et le karma pourtant enseignées par les premiers chrétiens.

 

Que dit pourtant un Jesus lorsqu’il affirme : « celui qui a tué par l’épée périra par l’épée » si ce n’est exprimer cette loi ? Les vrais chrétiens en France ayant gardé leur bon sens ont toujours obéi à cette logique : « ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas que l’on te fasse » qui peut être considéré comme : le début du savoir vivre.

On a encouragé le chrétien à l’espérance et au bon sens, mais on ne lui a pas donné « les clés » en falsifiant le véritable enseignement du christ. De même, on a encouragé sa croyance au « miracle » au détriment du principe de réalité fondé sur le bon sens et l’acceptation du réel.

Car il devrait être évident à tous qu’on ne peut transcender « un réel » dont on a pas pleinement conscience, ce qui s’appelle : la lucidité. La Lune Noire offre ce point de vue lucide et cette « mise à nu » permettant de le voir.

 

PAROLE DE LUNE NOIRE

Avec ce Jim L’éveilleur donc, je vais à nouveau incarner la Lune Noire dans son encouragement à la lucidité. Le « réel » doit être accepté s’il est question ou de le transmuter ou de le transformer. Si on veut se voiler la face, bien au contraire : il surgit sous forme de fatalité.

 

C’est ce qu’il s’est produit à mon sens à l’occasion des Gilets Jaunes souffrant dans leur quotidien et leur situation économique, sans avoir été informés des raisons de cela et ce qui les a conduit à « une révolte pacifique » sévérement réprimée par les forces de l’ordre. Je ne peux m’empêcher de penser que s’ils avaient été mieux informés par delà les mensonges médiatiques, il y aurait eu moins de blessés et de victimes. Car à leur pacifisme : ce sont bien des armes de guerre qui ont été opposées faisant mentir l’équilibre d’un traditionnel « rapport de force » entre les acteurs sociaux et le pouvoir. Un peuple désarmé n’a aucun pouvoir lorsqu’il est menacé par des armes.

 

Il paraît donc des plus urgents de regarder la réalité en face : non, les gens au pouvoir ne travaillent en rien au bonheur des français, tout à l’inverse, ils travaillent à la destruction de notre pays. Le savoir doit permettre un comportement plus juste et adéquat.

 

SATURNE UN PRINCIPE DE RÉALITÉ MENANT A LA SÉRÉNITÉ

Un bon Saturne voit le réel tel qu’il est, sans mensonge ni illusion. Et dans l’astral, on peut dire que ce sont les transits de la Lune Noire qui permettent de « déchirer le voile de l’illusion » afin de mieux : voir le réel représenté par Saturne.

 

Voir le réel et s’y ajuster doit permettre justement d’en venir à s’appuyer sur ces fameuses « lois » tant spirituelle que physiques. C’est pourquoi Saturne représente aussi « la connaissance » car c’est bien « la connaissance des lois » qui a permis à la civilisation d’évoluer vers un progrès.

La connaissance des lois physiques de la matière est une chose. La connaissances de lois métaphysiques de l’univers en est une autre. Mais les deux sont en relation à Saturne.

 

S’il y a tant de mal actuellement, c’est bien parce que des doctrinaires ont menti sur ces fameuses « lois ». Ainsi, dans le judaïsme, nous avons eu écho de prophètes fous enseignant « la rédemption par le mal ». On comprend mieux dès lors pourquoi on a tu la loi du karma car ce type de doctrine jamais n’aurait pu s’imposer comme vraie si la connaissance des lois du karma avait été connue et reconnue.

 

Celui qui connaît la loi du karma SAIT qu’il recevra le fruit du mal qu’il a fait. Il le sait en toute certitude et fonde son bon sens et sa morale sur cette certitude, aussi certaine que le paysan dans son champ attend la récolte de ce qu’il a semé car là encore, c’est une loi : on récolte ce que l’on sème. Que peut récolter donc celui qui sème le mal ?

 

S’il y a un principe de « détachement » c’est bien en s’appuyant sur ce type de certitude et de simple « logique » qui évite la colère voire la guerre. Ces dernières ne surgissent que par le fait d’émotions non maîtrisées que le pouvoir manipule à loisir en vous servant « de l’émotionnel » (Lune) plutôt que de la vérité (Saturne).

 

Et c’est parce qu’on connaît la loi de façon pleinement intégrée qu’on s’informe de ses fautes et erreurs pour les corriger ainsi que le demande l’étude karmique. Par conséquent, enseigner « le karma » mais s’avérer incapable d’une quelconque remise en question ou capacité à voir ses erreurs, c’est faire montre d’inconséquence et d’incohérence.

 

LE PLUS GRAND MENSONGE ? CELUI FAIT À SOI-MÊME

L’homme a certes capacité à se mentir à lui-même. C’est même là qu’est le véritable mensonge. Or, la lucidité de la Lune Noire ne permet pas de se voiler à la face si on veut bien se mettre à l’écoute de ce transit et opérer les prises de conscience nécessaires.

 

Alors : on voit « la loi » à l’oeuvre et on s’aligne toujours et davantage sur cette dernière, sachant qu’elle ne connaît aucune exception dans la mesure où nous sommes incarné sur cette terre, justement pour nous élever et apprendre. Au terme de ce cycle évolutif, l’homme peut être effectivement « libéré » de l’incarnation car il a pleinement intégré « la loi » de ce niveau de réalité.

Dans le cas inverse, dans le cas où l’homme est resté la proie de ses désirs inférieurs, qu’il n’a pas « dompté la bête » en lui : il devient de plus en plus esclave pour être précisément resté l’esclave de sa nature inférieure. Celle qui à l’écoute du cerveau reptilien croit « se sauver » mais obéit en réalité à des calculs peureux issus de l’ignorance justement de « la loi ». Ici, le calcul s’’oppose à « la loi ».

Il n’y a pas d’issue pour de telles réactions au plan spirituel. Le chrétien dira que pour avoir voulu « sauver sa vie » il s’est éloigné de l’autre vie, la vraie, la vie éternelle. Car si l’on enseigne la réincarnation, on resitue mieux la notion de « vie éternelle » qui est celle de l’âme. Mais comme je le rappelle : « on a qu’une vie (dont il convient de profiter) mais plusieurs incarnations (pour la mener à son bon terme, dans une logique « d’élévation »).

 

DISTINGUER « MORALE » ET « MORALISME »

Je ne cesse donc face aux discours new ageux qui voudraient réinventer un chemin spirituel connu de longue date que cette pâle copie de l'authentique spiritualité n’est que le retour d’une « pensée magique » n’ayant rien à voir avec un chemin spirituel authentique lequel exige le développement de nos vertus et qualités. A notre époque, on y verra un « moralisme » que beaucoup ont pris en grippe à juste titre lorsqu’il est prôné par des hypocrites dans le « faites ce que je dis mais pas ce que je fais ». C’est bien dommage que cette caricature de morale se soit substituée à un sens moral plus authentique  car fondé sur la connaissance de la loi saturnienne. Là est, peut-on dire, la perversion d’une Lune Noire refoulée, occultant toujours et davantage « la conscience » en se voilant la face sur ses propres torts et manquements répréhensibles à « la loi ».

 

Saturne figure aussi « le vieux sage » mais un vieux sage peut sommeiller chez une jeune personne si celle-ci a la maturité spirituelle de ses incarnations passés, d’où la phrase « la valeur n’attend pas le nombre des années ». On peut être récemment incarné, mais avoir la maturité de nombreuses vies d’effort passées dans la bonne direction : celle de l’élévation.

 

Dans la symbolique de « l’inné et de l’acquis » propre à la Lune Noire, « l’acquis » est lié aux nombreuses incarnations passées qui anime « notre inné », puisque nous naissons avec « ce bagage » indépendamment de la maturité actuelle.

 

LA SAGESSE TRADITIONNELLE DES HOPIS

Sur mon groupe FB a été publié une vidéo sur la sagesse des indiens Hopis lesquels avaient aussi leurs prophètes et leur connaissance des astres. Ceci pour rappeler qu’évoquant « la quintessence » d’une culture propre à l’astrologie, chaque culture a donc secrété et créé « son fleuron » transmis d’âges en âges et correspondant à l’authentique « Tradition ». Il existe donc autant de « Tradition » qu’il y a de cultures et l’humanité étant semblable en sa profondeur, elles se rejoignent dans un point de vue dit « Universel ». Ce qui est « universel » c’est ce dénominateur commun à l’humanité. J’ajoute, s’il sait justement préserver « son » humanité. Ce qui peut être vu comme ce que les chrétiens appellent « le salut de l’âme » puisque c’est bien l’âme incarnée qui correspond à son humanité développée par ses diverses incarnations.

 

La situation des indiens d’Amérique décimés par la venue de l’homme blanc est à mon avis enseignante pour l’homme de par leur proximité de la nature et de ses lois. Car oui, bien sûr, celui qui étudie « la nature » étudie nécessairement ses lois connues par la biologie. Le pervers utilisera « ces lois » pour les trafiquer-contourner et en faire profit, mais sans respect. Ce qui conduit à une destruction de la nature dommageable aux hommes et à l’humanité.

 

Le documentaire sur les hopis mettait l’accent sur « la cupidité » de l’homme blanc dont ils ont cherché à préserver leur ethnie. Malheureusement, à l’heure où cela aurait du être fait, nous n’avons vu personne lors de la crise de 2008 s’opposer « aux cupides » du dieu Marché comme il l’aurait fallu. La cupidité est donc restée « maître du jeu » et on le voit dans les inégalités en France où les riches n’ont pas cessé de s’enrichir creusant toujours et davantage : un fossé.

 

FOSSÉ OU « TROU NOIR » ?

J’apparente « ce fossé » à la Lune Noire dont je dis dans « Comprendre la Lune Noire » qu’elle agit dans le thème astral comme « un trou noir » où s’engouffre nos énergies pour les saboter et ainsi, faire mentir les belles promesses de la carte astrale, parfois. Ce qui explique des pathologies qu’une Liz Green jungienne, ne comprenait pas comme elle l’évoque dans un de ses livres où rien ne lui permet de comprendre la pathologie d’un de ses patients Balance-Cancer. Le thème sans aucun aspect conflictuel n’en donnait en effet aucun indice selon la seule approche de l’astrologie classique. J’avais à l’époque de la rédaction de mon livre souligné « l’Eureka » que j’avais eu en montant le thème avec la Lune Noire et les Noeuds Lunaires. On avait alors l’explication de ce cas pathologique en constatant que la Lune, maître d’ascendant, se posait au NS et était conjointe à la Lune Noire. Ce cas « probant » permet de comprendre en quoi poser les indices karmiques permet de juger d’une psychopathologie allant à l’inverse d’une saine évolution. Dans ce cas, il y avait à l’inverse : régression (le type avait des comportement infantiles vivant entouré de peluches et haïssait « joyeusement » sa mère).

 

Je ne vais donc pas ici réécrire mon livre mais rappeler ici « le jeu de la Lune Noire » en relation avec le « principe de réalité » me paraît nécessaire pour plus de lucidité.

 

En effet, si je m’oppose à certaines choses et souligne « les aberrations » c’est bien, forte de cette lucidité saturnienne , que je juge de longue date manquante en France, où l’on fait chanter le coq orgueilleux sans bien s’informer de « la basse cour» et ses conflits intimes ou internes. Lutte d’ego et autre « rivalité » de surface sont de l’ordre du coq lequel pourtant ne chante quasi plus dans les campagnes sans être mis en procès comme on l’a entendu récemment. Si même le coq français subi les foudres d’une justice devenue folle, on peut mesurer l’état pathologique de la société française, il me semble.

 

Ce « monsieur tout le monde » nommé « Jim L’éveilleur » dit « la réalité » aux français et s’énerve de leur incompréhension et des hostilités que cette vérité suscite. Il en est ainsi quand le mensonge règne car il satisfait nos vues illusoires et erronées. Une vue « illusoire et erronée » ne peut cibler aucun objectif avec justesse puisqu’elle ne voit pas « la réalité ». Elle ne peut donc atteindre sa cible. Cela aussi, devrait tomber sous le sens de chacun. Comment pouvez-vous prétendre « prendre un problème à bras le corps » alors que vous n’en avez aucune vision juste et réaliste ? Non, vous allez forcément rater votre cible et voilà bien ce qu’il s’est produit avec le mouvement des Gilets Jaunes fondé sur l’illusion que Macron serait à l’écoute de ses revendications. Nous sommes à l’heure où chacun devrait prendre le poids et la mesure correctement de ce qu’il s’est passé depuis des mois en France. On ne le peut pas en regardant les médias qui mentent. C’est sur le web que circulent les vraies informations.

 

QUAND SATURNE DONNE DES REVES LUCIDES A NEPTUNE

C’est la raison pour laquelle je transmets cette vidéo. Cette Pleine Lune du 16 juillet 2019 ne peut porter de fruits en terme de « prise de conscience » qu’à cette condition. Ensuite, et seulement ensuite, Neptune pourra « inspirer » des idées salutaires. Elles ne peuvent être « salutaires » sans lucidité. J’insiste.

 

La Lune Noire est le principe « d’éveil » et je trouve ce « Jim l’éveilleur » parlant de la réalité française bien plus « dans l’axe » que certains new ageux se prétendant « éveillés » en répétant un discours aberrant et se croyant à ce titre « éveillé ». Non, il n’y a « d’éveil » possible que par un accroissement de la conscience des réalités et des lois, non dans leur occultation nourrissant « des illusions » ce qui est de l’ordre, tout à l’inverse : de la fuite du réel.

 

J’ai disserté en début d’année sur « les astrologues neptuniens » notamment sous le titre « des faux prophètes » et j’aimerai voir naître au moins dans le monde astrologique plus de sens des réalités.

J’avais croisé les propos d’une déséquilibrée prétendant que « l’astrologie est là pour faire rêver » ce qui est tout l’inverse de la vérité !!!! Non, l’astrologie est là pour nous mener à une meilleure guidance de notre vie, c’est une « aide à la décision » nous permettant de faire « les bons choix » en prenant la mesure des tenants et des aboutissants des problèmes qui se posent à nous. Seuls les charlatans font croire autre chose concernant l’astrologie et face à cela, je rappelle que le public aura davantage intérêt à aller chez le coiffeur que de consulter de tels conseillers leur vendant « du rêve », s’il traverse une mauvaise passe. Nous avons assez des politiques véreux pour se présenter comme « vendeur d’avenir », il me semble.

 

J’ai moult fois répété que la véritable astrologie doit être prise comme « une sagesse » et ne pas devenir le marché des « vendeurs d’avenir » à ceux qui désespèrent. S’il y a « désespoir » c’est que la sagesse n’est pas respectée. Car l’âme « sait » ce qu’elle est en droit d’espérer et voit qu’on le lui refuse. Là est la source du « désespoir ».

 

SATURNE : LE PUR ? OU BIEN « LE DUR » ?

On apprend que certains voudraient semer « le chaos » et j’ai dit dans l’ABC de l’Astrologie Karmique que « le chaos » est tout d’abord intérieur à l’homme et que sa tâche est précisément : d’organiser ce chaos en devenant plus mature et plus conscient. Ce à quoi conduit l’inscription à mon école, normalement. Voyez donc comme en ce juillet 2019, je peux considérer cette tâche comme non accomplie pour la plupart, alors que mes livres sont parus depuis 30 ans maintenant. Et lorsque je vois des astrologues eux-mêmes, supposés guider leur prochain entretenir leurs illusions, je sais mieux à qui revient la faute de n’avoir pas respecté notre connaissance pour ce qu’elle est vraiment, mais en avoir fait commerce.

 

Mon jugement sur cela est donc sévère comme peut l’être celui des indiens hopis qui n’ont pas été entendus. Mais tout le monde se moque bien de cette « sévérité » saturnienne puisqu’il semble que plus personne en France ne fasse respecter la loi. Alors, Saturne n’en reste pas moins ancré dans le ciel et fait peser son ombre : vous avez voulu m’occulter, mais je reste maître des lois du réels. Puisque vous voilà sourd, il vous faudra alors subir « la loi » qui est celle de la logique et du réel menant à la destruction ce qui n’a pas su s’élever dans le respect. On figure parfois le sentier spirituel comme « une corde raide » sur lequel ne peut évoluer que celui qui a trouvé son équilibre.

 

Il est évident qu’une telle « corde raide » ne peut être franchie en terme de « cap » par celui qui n’a pas équilibré et donc verticalisé sa nature, cédant précisément à « ses mauvais penchants » (qui le font pencher et perdre l’équilibre). Y a t’il de bonnes raison de s’en prendre à dieu ou à des saints quelconques pour nos propres manquement à l’ordre et à la loi ? Non, nous en sommes pleinement responsable et être conscient du karma c’est justement ne pas se « défausser » face à la loi d’évolution, exigeante, il faut bien le dire. Elle exige de nous équilibre et vertu. Non pas croyances illusoires. Ces « croyances » font de Neptune l’agent d’une psychopathologie plutôt que du « redressement » voulu et inspiré par notre âme.

 

Car si j’enseigne l’Astrologie Karmique, c’est bien au titre de guide spirituel pour tout un chacun qui recevra mes conseils à chaque transit vécu via mes livres.

 

INITIATION OU CONTRE INITIATION ?

Comme le rappelait encore une publication croisée sur FB, il n’y a pas « d’initiation ou de contre initiation » dans la mesure où personne d’autre que vous ne peut vous donner ce dont vous êtes nanti de naissance, une âme, une flamme intérieure qui est votre part divine. Ceci ne peut être octroyé par quiconque, puisqu’elle est : votre vraie nature.

En revanche, nous avons rappelé que justement les « faux pas » sur le chemin à l’écoute des tentations de notre part démoniaque (attachée donc à ce plan) sont de nature justement à nous éloigner de notre essence et notre vraie nature. La vraie « faute » est donc de s’éloigner de notre vraie nature.

L’astrologie Karmique doit donc aider non seulement à prendre conscience de nos erreurs passées afin de les corriger en soi, mais aussi une meilleure prise en compte de nos potentiels actuels à la lueur de ces faits passés. Alors notre cheminement a des chances d’être mieux assuré car véritablement « guidé ».

A l’heure où Neptune « baigne » en Poissons comme une résurgence d’un océan primordiale dont serait issue « la vie », il est bon de se rappeler que nul espoir ne peut prendre forme sans Saturne qui représente « la structure » là où Neptune et les Poissons sont « le flou » de l’informel. Une photographie des choses exige un juste contraste entre l’ombre et la lumière pour être « nette ». Il en va de même pour une vie évoluant dans l’équilibre : elle doit prendre la mesure et du bien, et du mal au sein de la dualité et non pas aspirer à se replonger dans un océan primordiale (Freud parlerait du « sentiment océanique » de l’utérus maternel vers lequel régressent certains) Ce serait une « noyade dans l’astral » comme le dit Alice Bailey et une fuite du réel du à un état de confusion.

 

A l’heure de ce transit neptunien, un solide Saturne apparaît alors comme « la bouée de secours » permettant de s’accrocher à du solide et ainsi, pouvoir surnager. Car dernièrement, je parlais de ces gens dont on sent la conscience « 20 mille lieux sous les mers » c’est à dire : incapable d’un point de vue juste et lucide qui leur permettrait de « dominer leur situation ». A les entendre « ça baigne » mais il faut voir dans quoi « ça baigne ».

Une lectrice m’a récemment envoyé son interprétation de la chanson de Gainsbourg que tout le monde connaît : «  j’ai touché le fond de la piscine » (excellente version, d’ailleurs), on rappelera donc que savoir nager est le premier moyen de ne pas « plonger » et se noyer (il faut donc avoir développé cette compétence) mais que pour enfin sortir de l’eau stagnante de la piscine, aucune « vague » ne peut être espérée pour vous porter. Non, il ne faut dans ce cas que chercher l’échelle qui vous permet d’en sortir. Or, c’est Saturne qui a « inventé » l’échelle, toujours dans son principe d’élévation-ascension. Il n’est pas dit qu’un seul coup de pied au sol vous en donnera le dynamisme pour remonter, sinon, car là encore, les lois de la physique doivent être connues pour bien mesurer la pression à exercer afin de surnager et « sortir la tête de l’eau ». Ceci s’appelle basiquement : le sens des proportions.

 

Il n’y a qu’une seule solution pour ceux qui se font « une montagne » des difficultés saturniennes afin de n’être pas découragé et c’est : l’humilité consistant à prendre la juste mesure des choses pour les prendre patiemment une à une et diminuer ainsi « la difficulté » (apparemment insurmontable). Evidemment, Saturne exige de savoir composer avec le temps. Ce qui est devenu impossible dans une société où tous courent après l’argent.

 

LE TEMPS ET L’ARGENT

L’argent ne peut être que passagèrement le supplétif du temps, permettant de « reculer et ajourner » les échéances karmiques. Ainsi, ceux qui ont fait le mal ont accumulé des richesses énormes pour mieux corrompre ceux qui voudraient les arrêter « au nom de la loi ». Ces gens sont semblables à ces faux chrétiens d’antan vendant « des indulgences «  à prix d’or. Ils croient sérieusement que l’argent achète tout. Même « le salut » dit spirituel ?

 

Non, ceci est le point de vue du fou qui croit pouvoir détourner « la loi » avec l’argent acquis en la transgressant, justement. Rien n’est plus facile à celui qui n’a ni principe, ni foi, ni loi que de devenir riche puisque aucun « scrupule » ne freine ses appétits et sa cupidité. Dès lors que vous êtes devenus capable de tuer père, mère, voire même enfant, pour conserver vos richesses évidemment pourquoi raisonner autrement ? Il suffit de « payer » et tous vos caprices sont satisfaits. C’est ainsi que raisonnent ces gens se trompant entièrement sur « le principe de réalité ».

 

SATURNE ET LE POUVOIR

J’avais souligné comme beaucoup de nos présidents présentent dans leur carte astrale un Saturne en conjonction de la Lune Noire. On peut dire que cette configuration astrale exprime tout à la fois « une soif de pouvoir » et un manque à ce niveau. C’est à dire : un manque de structure, de colonne vertébrale et donc une tendance justement à « transgresser la loi ».

 

Ce manque de faculté à maîtriser-dominer ses désirs en fait nécessairement justement « des invertébrés » prétendant « aux cîmes du pouvoir » sans en avoir les capacités de maîtrise. C’est donc bien l’argent vs le temps nécessaires à l’expérience qui a placé des irresponsables et des criminels dont on mesure mieux la psychopathologie actuellement par la déraison de leur comportement.

 

C’est un premier constat objectif à faire. Ce monde est dorénavant dominé par une finance folle ne respectant plus aucune loi mis à part celle de sa cupidité et son avidité. Nous sommes là dans la face obscure d’une Lune Noire non redressée. L’irresponsabilité qui en ressort ne peut en aucun cas apporter une quelconque « résolution » puisqu’elle agit sous l’aspiration du fameux « trou noir » qui est justement le contraire d’une conscience éveillée. La « façade » des apparences est peut-être préservée, mais « la loi » œuvre à une régression évidente qui peut être vue comme un « siphonnage » des forces vitales. On parlait avant des « siphonnés » pour parler des fous, avec cette idée « trou noir » aspirant les forces vives de l’être, on comprend mieux son jeu régressif annihilant l’expression de toute conscience et donc : souveraineté.

 

LE VÉRITABLE ESCLAVAGE

Le chemin spirituel a toujours enseigné « le détachement » de ce monde. Il n’y a là que bon sens revenant à dire ce que je viens de dire plus haut et correspondant à la phrase du Christ : « cherchez le royaume de Dieu et le reste vous sera donné par surcroît ». En effet, si vous vous élevez au-delà des besoins primaires matériels susceptibles de faire de vous « des esclaves de la matière » alors vous pouvez devenir « maître de vous ». Dans le cas inverse, vous restez le jouet de vos désirs et donc leur esclave.

 

Il n’y a donc que bon sens dans cette phrase du Christ appelant à viser plus haut que ces besoins premiers. Saturne n’exprimera « la pauvreté » qu’à celui qui n’a pas su se contenter de ce qu’il avait sans céder à la cupidité. Un Saturne est serein sinon face aux nécessités matérielles car il a intégré « la loi » du : je récolte ce que je sème. Autrement dis : je me contente du fruit de mon labeur sans poursuivre de vains désirs. Je maîtrise alors ma vie et nourris un désir plus élevé : celui de mon accomplissement spirituel.

 

Saturne n’est pas « pauvre » : il est riche d’une expérience qui lui permet de dominer réellement la nécessité matérielle. Il crée « le pauvre » chez celui qui a voulu l’argent sans prendre la vraie mesure du temps nécessaire à l’épanouissement de la vie. Chaque gestation, chaque semence demande en effet du temps pour porter ses fruits. Là encore, c’est une loi de la nature.

 

On comprend bien qu’une finance folle faisant de l’argent au millionième de seconde n’est plus du tout en accord avec cette loi. C’est « un artifice » prétendant transgresser la loi. Mais Saturne nous rappelle que : c’est impossible. Car la réalité EST la réalité, ce que veut oublier le fou pensant pouvoir être plus fort qu’elle, ce qui revient à nourrir « l’orgueil luciférien » se prétendant plus fort que la loi divine de la nature. Si on la qualifie de « divine » c’est qu’on a pu l’observer à l’oeuvre et voir qu’elle dépasse la seule volonté humaine. Bien au contraire, elle est contraignante pour son infantile « volonté de puissance ». Etre astrologue notamment, c’est observer cette savante « orchestration » sans pour autant bien identifier le chef d’orchestre. Alors on l’appelle par son petit nom : dieu, réservé « aux intimes ».

 

J’ai déjà dit que pour être vraiment pertinente, il manquait justement à l’astrologie cette connaissance de « la loi de réincarnation » défaut auquel j’ai remédié par l’écriture de mes livres.

 

L’ASTROLOGIE KARMIQUE CONNAIT « LA LOI »

Pourtant, depuis longtemps les astrologues pouvaient faire le constat que « l’astrologie, ça marche ». Sans bien comprendre comment mais « ça marche ». Ce que l’on savait avant que l’astrologie occidentale ne devienne « karmique ». Mais on peut développer plus de philosophie en comprenant cette dimension karmique en tant qu’astrologue. Donc il ne s’agit là ni d’une croyance, ni d’une orientation philosophique, ni d’une idéologie, mais d’une simple meilleure connaissance des lois de la vie même et donc, une meilleure approche spirituelle du présent.

 

L’astrologue karmique connaissant donc « la loi » ne peut que se reposer sur elle. C’est cela « être philosophe » amoureux de la sagesse saturnienne qui nous enseigne qu’il y a « un temps pour tout ». L’heure de commettre des fautes, mais aussi l’heure de les réparer ou de devoir les payer .

 

Voir le réel avec réalisme permet de l’accepter tel qu’il est et de laisser le temps faire son œuvre. Cela est source de « sérénité » plutôt que de vues illusoires. Je rappelais dernièrement les mots de Dante dans sa « Divine Comédie » qui dès son siècle &ea

la dette tous les 50 ans. Je soulignais donc face à ce réalisme ô combien notre monde actuel est devenu parfaitement stupide en faisant exactement tout l’inverse ! Dante, déjà, soulignais que ceux-là, ceux qui prêtent avec intérêt poursuivent forcément "un autre dessein". Et on peut dire que quelques siècles après Dante, cet "autre dessein" est en train de nous apparaître : celui d'une domination mondiale asservissant les peuples du monde et les nations.

 

Comme si l’argent, qui n’est sommes toute qu’une création humaine arbitraire, avait vraiment un pouvoir divin ! Il leur faudra pourtant bien se résigner au fait que sous la forme de « dette » le seul pouvoir qu’a l’argent : c’est de vous y enchaîner. Vous enchaîner à la fameuse « dette karmique ». En effet, dans aucune tradition religieuse il n’a été enseigné que l’argent avait un quelconque « pouvoir ». Ce qui a « pouvoir » c’est la maitrise de nos désirs qui nous permet de ne pas en être esclave.

 

Par conséquent, quand bien même il n’y aurait plus personne pour faire respecter « la loi » et préserver ainsi les hommes des conséquences désastreuses du non respect des lois de la vie, il n’en reste pas moins que « la loi est la loi ». Saturne n’a besoin de l’assentiment de personne pour la faire régner puisqu’il préside au plan matériel ! Il n’y aura donc pour finir que des gens pour apprendre, d’une façon ou d’une autre : le respect de la loi. Mais ils le feront à leurs dépends. C’est la seul différence entre ceux qui la respectent et ceux qui croient pouvoir la transgresser impunément. Leur vue est forcément erronée puisqu’elle ne considère pas le réel correctement.

Ce monsieur de la vidéo, énervé par la folie des hommes dit qu’il va « lâcher prise ». Et oui, laissons faire Saturne pour remettre un ordre juste. A l’heure où peu d’hommes peuvent prétendre « savoir la vérité » car on la leur cache, il n’en reste pas moins que Saturne est Saturne. Et que si les hommes sont devenus fous et iniques, lui, pas. Il continue d’évoluer sereinement dans le ciel.

Il laisse commettre erreurs et injustices aux méchants, sourds à tout argument de la raison, mais il le fait car il est patient. Il sait que tôt ou tard « la facture » comme conséquence de nos actes arrive. Et quand bien même il ne croit plus guérir de tels fous de leurs folies, il sait que « son jugement » lui saura distinguer cette ivraie à l’heure de la récolte. Dès lors, il opérera « le tri » duquel nous pouvons espérer « un monde meilleur » lequel, pour l’heure est impossible avec des psychopathes prétendant le mener.

Saturne a tout son temps, Saturne est maître du temps. Il voit de haut celui qui voudrait lui substituer l’argent. Il sait que ceci a forcément « un prix ». Et si ces fous ayant refoulé la Lune Noire ont perdu leur lucidité, alors elle s’appelera : fatalité. Et forcément, la « fatalité » dans ce cas peut leur être fatal, comme fruit de l’irrespect de « la loi » de Saturne.

Nous pourrions alors disserter sur « la faucheuse » qui emprunte aussi la forme de la Lune Noire ou de Saturne. C’est en effet avec une faulx que se fait la récolte. Elle vient à l’heure du signe de la Vierge. Inspiré de Saturne, attendons donc que les fruits soient mûrs pour en faire une juste récolte. La révolte, elle, ne peut s’opposer qu’à un mur. Celui construit par un Saturne borné aux vues matérialistes, justement. Et c’est ce mur, seul, qui peut arrêter cette course folle de l’insensé qui forcément, ne s’en remettra pas….

Ainsi va « le cycle du vivant » dont l’astrologue chevronné doit avoir connaissance. Je vois pour ma part deux chemins se séparant. Le chemin de ceux qui ont pris « la voie de la difficulté » car exigeant la maîtrise de soi et la résistance aux tentations s’élève, tandis que celui qui a cèdé à la facilité glisse sur la « pente fatale ». Certains parlent actuellement effectivement de « ligne temporelle » et c’est bien Saturne qui en est le marqueur.

Ainsi, Saturne de « principe de réalité », devient surtout principe de sérénité pour le sage qui sait que nul perversion de la loi ne peut aboutir ailleurs qu’à sa propre sanction et autodestruction.

A l’heure qu’il est, le « détachement » à faire est donc bel et bien de laisser ce processus parvenir à son terme et s’éloigner de ceux qui se sont éloignés de ce qu’il est commun d’appeler « le droit chemin ». A juste titre si l’on sait que ce chemin ne mène nullepart autre qu’à sa propre perte.

L’ego peut être symbolisé comme une bicyclette. On ne peut avancer qu’en pédalant mais surtout en gardant l’équilibre. A quoi bon donc s’en prendre à des psychopathes ayant perdu tout équilibre si l’on sait en toute certitude que bientôt c’est la chute qui l’attend de par la simple loi de la gravitation ?

Soyons sages, soyons sereins comme Saturne sillonnant le ciel de la Pleine Lune dans sa course éternelle.

Oui, je crois que la prophétie Hopi a raison. Il ne restera dans le « 5ème monde » que ceux qui se sont affranchis des fous pour garder la raison et ne pas se laisser contaminer par leur folie, quand bien même elle serait partout. Commencer par éteindre sa télévision me paraît être le premier pas d’un retour à la santé mentale pour beaucoup qui laissent, sinon, ses mensonges régner sur leur esprit, propageant ainsi des vues perverses et mensongères en les manipulant.

Tant de documentaires et autres émissions instructives sur youtube : pourquoi resteriez vous délibérément attachés « aux chaînes » de télévision qui vous mentent ? En 2019, il faut être d’ores et déjà atteint de cette folie pour le faire, soyez en conscient.

Oui, les indiens Hopis ont raison, seuls ceux qui auront évité d’adhérer à des idéologies sources de faux conflits orchestrés par des manipulateurs pourront s’en sortir. C’est le cas « au Milieu du Ciel » où notre seul parti est justement celui du ciel. Si je prends parfois parti, c’est surtout pour guider. A ceux qui ont voté Asselineau lors des dernières élections, j’ai moins promis le succès de ce dernier que le fait : qu’ils allaient sauver leur âme ! Au vu de la façon dont se sont passé les dernières élections, vous comprenez mieux pourquoi. Enfin… Je l’espère.

J’écrirai sans doute un jour un article pour mieux parler de ce qui distingue une pensée « spirituelle » d’une pensée « politique » car si le politique est à prendre en compte, le spirituel ne le fait que pour rester libre d’évoluer au mieux. Mais j’ai mainte fois dit que la politique n’avait plus aucun sens à l’heure où la finance mène la danse et que tous lui obéissent.

Quoi qu’il en soit, si l’on vous donne grâce à internet la possibilité d’être informé, mais que vous n’en profitez pas. A qui vous en prendre après ? Si ce n’est à vous-même ? On vous a fait pourtant un immense cadeau !

Mais si, mal inspiré, vous ne l’ouvrez pas, alors… Alors c’est que vous avez oublié ce bon sens qui veut que : « un homme averti en vaut deux ». Et pourquoi ? Parce qu’alors, et alors seulement, il peut faire les bons choix. Tout simplement parce qu’il voit juste et donc clair.

 

© Laurence Larzul - le 16 juillet 2019

 

 

 

LE 5ÈME MONDE DES HOPIS, PEUPLE ÉLU

Et génocidé par le gouvernement américain franc maçon

 

Comme je le rappelais dernièrement, un véritable "ésotériste" n'a en rien une vision matérialiste de l'univers telle que la science des astrophysicien nous la présente. Il le conçoit plutôt en termes de "logos".

Ici, un article intéressant sur Saturne qui permet de s'en faire une idée, même si je ne prends pas pour argent comptant ce qu'il dit, il permet de mieux voir à quel niveau de réflexion on se situe en tant qu'ésotériste. https://eveilhomme.com/2019/02/28/que-represente-la-planete-saturne/

 

 

 

Ajouter un commentaire