ASTROTHÉRAPIE ET GUÉRISON TRADITION MEDICALE ET ASTROLOGIE LE MILIEU DU CIEL, ECOLE D'ASTROLOGIE DE LAURENCE LARZUL

 

TEMOIGNAGE D'UNE ETUDIANTE

UNE GUERISON MIRACULEUSE ?

 

Couv astrolito

Une guérison miraculeuse ?

 

Anh Karon

 

 

C'est en août 2012 que l'astrologie s'est immiscée dans ma vie, trois semaines après le décès de ma mère. J'avais perdu mon père 9 mois auparavant mais c'est la perte subite de ma mère qui me pousse à aller rencontrer une astrologue pour comprendre, non son décès, mais le sens à donner à ma vie et à la vie en général. Le cadre de la mienne s'est disloqué en 2011 avec une succession d'événements (séparation, perte d'emploi, décès de mon père, etc.) qui me plonge dans une léthargie que je porte, en fait, depuis toujours et avec l'étrange impression de sommeiller depuis la nuit des temps. La mort de ma mère semble sonner le glas à ma vie d'errance, de fuite éternelle. Cet événement fût le dernier, la dernière goutte d'un vase bien trop plein d'une vie remplie d'amertume, vide de sens, avec, en prime, aucune « personne » vers qui se tourner, se vouer puisque non baptisée, non « catéchisée ».

A l'époque, je vis une une vie ennuyeuse. Je suffoque dans celle-ci sans en comprendre la raison. Cette rencontre astrologique ne répond à aucun de mes questionnements intérieurs mais me permet de découvrir un univers peuplé de symboles, de planètes, de maisons, d'aspects, de nœuds lunaires et enfin de me trouver un semblant de place dans cette immensité cosmique.

En octobre 2012, je franchis le pas et m'inscris à des cours d'astrologie sur internet et découvre vite mon engouement pour cette crescentia (¹) car ce langage me parle et me positionne dans l'univers. Je poursuis en dilettante l'apprentissage mais le quotidien et un nouveau départ à l'étranger m'accaparent et je poursuis en pointillé cet apprentissage tout en assistant à des stages ici-là, ici-bas. Je me nourris avec avidité d'ouvrages astrologiques, de séminaires, de stages mais ces derniers ne répondent jamais à mon questionnement intérieur, à ce mal-être ambiant. Tout est plus ou moins orienté vers des prédictions qui m'indiffèrent.

J'essaie également une « psychothérapie virtuelle » qui m'apporte quelques réponses mais dans cette pratique, on s'adresse à l'Autre pas à soi-même ! C'est un échange certes mais pas une communion avec soi-même ! Par ailleurs, je n'ai pas envie, à visage découvert, de passer au crible ma vie et de dépenser des sommes faramineuses pour comprendre mon mal être existentiel.

La compréhension de mon passé me paraît vital voire essentiel pour avancer dans mon présent, pour éclairer les épreuves endurées tout le long de mon parcours qu'il soit familial, professionnel et relationnel. Bref, j'ai besoin de retrouver mon passé et de le décortiquer pour structurer mon mental et redonner un sens à ma vie.

En 2016, par hasard, je découvre et feuillette, dans une librairie, l'ouvrage l'« ABC de l'astrologie karmique » de Laurence Larzul qui se trouve à côté du livre de Janduz « Les 360 Degrés du Zodiaque - symbolisés par l'Image » que je recherche car une astrologue russe me l'avait recommandé pour comprendre le degré de mon Mars natal. La lecture du Nœud Nord en Taureau et en maison III, de Mercure et de Saturne Rétrogrades m'interpellent. Je sais inconsciemment que je viens de toucher du doigt une astrologie qui correspond à mon attente et à mes questionnements : l'Astrologie Karmique. J'achète les deux ouvrages et les range dans ma bibliothèque.

La vie suit son cours, j'ai changé de travail mais il est toujours autant inintéressant. Je suis toujours à l'étranger et ma vie est toujours autant dénuée de sens. Je m'inscris en novembre 2017 à l'école de Laurence Larzul « Le Milieu du Ciel » par internet, depuis la Lettonie où je réside. Et je commence à lui écrire, à faire parler mon âme. En fait, j'apprends à me relier à moi-même, à écouter ma souffrance mentale, ma souffrance physique et à poser des mots sur des maux. L'écrit prend une dimension thérapeutique, me soulage, me déleste du poids du passé ! L'écrit permet de relier mon mental déstructuré avec des mots, des ressentis que je ne sais exprimer oralement. J'écris tout simplement ce que je suis incapable de dire, d'exprimer de vive voix. Je remets de l'ordre dans mes pensées. J'apprends également à relire mes écrits, à m'écouter intérieurement, à écouter cette souffrance invisible aux yeux des autres. Mais je vis toujours dans le paraître. Mon être est dissout dans une vie sans odeurs, sans saveurs.

Mon exil à l'étranger, mon ennui profond, un travail rémunérateur, certes, mais ô combien inintéressant continuent à me plonger dans un marasme mental. Je peine et m'ennuie profondément au travail et à l'étranger. L'étranger est devenu, en quelque sorte et en quelques années, mon purgatoire. Je suis à bout de souffle mentalement et physiquement parlant.

Le miracle (je le considère comme tel) se produit en avril 2018. Un médecin me diagnostique une pneumonie qui me secoue mais qui me sort de ce long sommeil. 52 ans de somnolence.... ce n'est pas le baiser d'un prince charmant qui est venu me réveiller mais une maladie, une maladie des poumons (le souffle de la vie qui me manque, il y a une carence de signes d’air dans mon thème), mon corps exprime en fait ce que je somatise depuis longtemps. A l'ombre d'une vieille âme en pleurs (²), voilà comment je définirai ma vie durant ces cinq décennies ! Je découvre à la lueur de l'astrologie karmique tous les démons qui m'empêchent d'avancer. Je n'ai été que l'ombre de moi-même par peur d'exister, par manque d'estime de moi-même, à cause de croyances familiales, sociétales, de conditionnements qui m'ont enfermée dans une prison sans barreaux, dans une prison mentale.

Cette pneumonie disparaît, comme par magie, lorsque je réalise et conscientise que le rôle de figurante que je me suis accordée durant toutes ces années arrive à son terme que je dois réagir et agir. Je dois devenir l'actrice de ma propre vie. Je découvre, après ma guérison, le « Traité d'astrolithothérapie Karmique » (*) que j'avais survolé lorsque je l'avais reçu mais je suis étonnée à la lecture de ce dernier de l'exactitude des propos et suis encore plus stupéfaite de découvrir la position de mes deux régents karmiques Nœud Sud (le passé) à savoir Pluton et Jupiter. En effet, la pneumonie est arrivée au moment précis où Pluton transitait mon ascendant en Capricorne et Jupiter transitait mon Milieu du Ciel en Scorpion. Il y avait, à l'époque, un amas dans ma maison XII en Capricorne où Saturne, mon maître d'ascendant, Mars et la Lune Noire moyenne étaient également présents... Cette pneumonie est en quelque sorte venue me délivrer de mes propres démons, de mes névroses, de ma peur de vivre et d'exister.

En effet, ma perception de la vie a longtemps été faussée par ma perméabilité et mon adaptabilité aux autres et ceci depuis mon enfance. Je suis l'antépénultième d'une fratrie de 12 enfants. Comment trouver sa place dans une famille nombreuse mêlée au capharnaüm parental ? J'ai longtemps perçu la vie comme un champ de bataille, comme un combat et non comme un terrain de jeux où le « je » doit s'exprimer. Les querelles répétitives et incessantes de mes parents, la confusion générale à la maison, son exiguïté et ma lenteur d'esprit ont laissé des séquelles indélébiles mais immatures que l'astrologie karmique a mises en lumière. Adolescente puis adulte, j'ai inconsciemment reproduit ce schéma parental dans ma relation aux autres, que ce soit au niveau professionnel, dans ma vie de couple en usant d'une arme pernicieuse qui est le silence, en vivant seule au milieu des autres, en ne m'affirmant jamais, en me taisant, en refusant d'ouvrir mon cœur. On attire à soi également celui ou celle qui nous ressemble (en bien ou en mal, j'en ai fait l'amer constat pendant de nombreuses années), ma vie de couple n'a été que le reflet déformé d'un miroir parental... j'ai cherché la reconnaissance perdue (j'ai été reconnue tardivement par mon père) dans le regard de l'autre. La pneumonie fut mon dernier combat.... et « le combat cessa faute de combattants » !

Je décide donc d'annoncer à l'établissement qui m'emploie de ne pas renouveler mon contrat et ce dernier m'informe le même jour du non prolongement de mon contrat, bref une telle synchronicité m'interpelle et me fait comprendre que je suis sur le bon chemin, la bonne voie. Je quitte l'étranger, je change de vie, de lieu, d'intérêt. Je me passionne pour l'astrologie karmique et l'enseignement de Laurence Larzul qui ont donné un nouveau et second souffle à ma vie !

Quitter un exil, un travail, prendre du recul, de la hauteur, le temps de vivre me redonne du souffle. Je suis retournée à mes origines, à mes racines. J'ai vécu sous un mode « terre à taire » mais c'est l'appel de « ma » terre natale qui est le plus fort. Ma renaissance s'accompagne de la volonté de changer de voie et le destin semble vouloir m'aider à retrouver celle que j'ai toujours voulu fuir : la terre mère.

Je dis bien « renaissance » car oui, je suis « née à nouveau » en ce début 2020...

 

Ahn Karon - le 22 janvier 2020

 

(*) Le livre est en cours d'impression, mais vous pouvez d'ores et déjà vous procurer la version ebook via le lien ci-dessous:

https://www.lemilieuduciel.com/pages/commander-un-livre/livres-d-astrologie-karmique/traite-d-astrolithotherapie-karmique-l-astrologie-medicale-du-xxieme-siecle.html

 

(¹) crescentia : (anagramme des mots : Science et de Art). Je découvre que ce néologisme n'en est pas un puisque ce mot existe. Le calebassier (Crescentia cujete) est un petit arbre originaire du nord de l'Amérique tropicale (Caraïbe, Mésoamérique, Mexique, Colombie) et aussi un prénom féminin qui signifie « croissance ». L'astrologie est faite pour que nous puissions croître. Aussi, la sempiternelle question à savoir « l'astrologie est-elle une science ou un art ? » n'a plus raison d'être

(²) En détournant le titre d'un des romans de Marcel Proust : « A l'ombre des jeunes filles en fleurs »

 

Couv astrolito

 

 

 

3 votes. Moyenne 1.33 sur 5.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 24/01/2020